Le gouvernement a annoncé, pour les plus de 65 ans qui souhaitent une dose de rappel et n'auraient pas encore reçu l'injection, une prise en charge sans rendez-vous. Mais les non-vaccinés jusqu'à présent qui auraient changé d'avis peuvent aussi bénéficier d'une première dose de la même façon.

C’est l’heure de la dose de rappel au centre d'Arthez de Béarn (Pyrénées-Atlantiques).
C’est l’heure de la dose de rappel au centre d'Arthez de Béarn (Pyrénées-Atlantiques). © Radio France / YANNICK DAMONT

"La vaccination, ça paie. Si on n'avait pas tout ça aujourd'hui, probablement qu'on aurait un tsunami sanitaire", a rappelé mardi matin le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, invité de France Inter. Actuellement, 90% de la population française éligible a reçu au moins une dose de vaccin, 88% est complètement vaccinée (deux doses ou cycle vaccinal complet). 

L'exécutif incite désormais à effectuer la dose de rappel, accessible à tous les adultes depuis le 26 novembre : elle sera d'autant plus nécessaire pour les plus de 65 ans et les personnes vulnérables à partir du 15 décembre. Ils devront justifier de cette troisième dose pour prolonger leur pass sanitaire. Et à compter du 15 janvier, toutes les personnes âgées de plus de 18 ans devront justifier sur leur pass sanitaire avoir reçu une dose de rappel de vaccin anti-Covid au maximum sept mois après la précédente.

Passage sans-rendez-vous pour certains

Pour accélérer le rythme, lundi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les Françaises et Français âgés de 65 ans et plus pourront obtenir cette dose de rappel de vaccin contre le Covid sans rendez-vous, "quel que soit le centre" dans lequel ils se rendent. 

Mais ils ne sont pas les seuls à pouvoir accéder à la vaccination sans rendez-vous. Comme l’a noté Libération, Olivier Véran a aussi annoncé lundi soir la possibilité d’une injection sans rendez-vous pour toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées pour leur faciliter l’accès au vaccin anti-Covid.

Et ce, là encore, dans "n’importe quel centre" de vaccination. "Des instructions vont être données et les centres vont s’organiser avec leurs moyens en lien avec les Agences régionales de santé", a précisé le cabinet du ministre de la Santé au quotidien. Son entourage explique que cette souplesse est rendue possible par un "large" stock de doses Moderna. 

Créneaux supplémentaires 

Par ailleurs, face à la forte demande pour la dose de rappel, Gabriel Attal a annoncé mardi matin de nouveaux créneaux afin de tenir la promesse du 15 janvier. "Ceux qui le souhaitent, je leur dis d'aller sur les plateformes, ils auront un rendez-vous avant le 15 janvier." 

"Sept millions de Français ont pris rendez-vous, on va ajouter huit millions de créneaux", a promis le porte-parole du gouvernement.