Prothèse E-Nable
Prothèse E-Nable © E-Nable / E-Nable

C'est une main droite, destinée à un garçon de six ans qui habite en Isère. Fabriquée grâce à une imprimante 3D et commandée sur internet, elle n'aura coûté que 50 euros... Et va changer la vie du jeune Maxence.

Il est né avec une malformation. A 6 ans, Maxence devient ce lundi le premier enfant en France à profiter d'une prothèse imprimée en 3D. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, cette technologie ne coûte pas cher : entre 50 et 200 euros selon la taille.

L'informaticien qui a fabriqué cette main, Thierry Oquidam, était l'invité d'Alain Passerel dans le journal de 13h.

Pour ses parents, il n'y aucune angoisse. Sa mère, Virginie Contegal, explique que le processus est réversible et ludique :

Ce n'est absolument pas médical. Il ne va pas subir de greffe, ni d'opération. La prothèse sera scratchée et il pourra l'enlever à la guise. (...) Il va avoir une main colorée aux couleurs de son choix.

Maxence a choisi de commander une prothèse aux couleurs de son super-héros et avec un grand "M" pour "Supermax".

Comment ça marche ? Les explications de la mère du garçon, Virginie Contegal.

Les parents avaient décidé de ne pas appareiller leur fils. Cette technologie peu coûteuse, réversible et adaptable leur convient tout à fait. D'autant qu'ils n'ont rien eu à débourser : ils ont fait appel à l'association américaine e-NABLE, qui a déjà permis à de nombreux enfants de bénéficier de cette technologie dans les pays anglosaxons.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.