Certains aspects de la carte du déconfinement ont surpris les habitants du Lot, du Cher et de la Haute-Corse, qui ont découvert leur département classé rouge. Pour au moins deux d'entre eux, il s'agit d'une erreur liée aux méthodes de comptage.

 La carte a été dévoilée jeudi soir, mais semble compter quelques inexactitudes
La carte a été dévoilée jeudi soir, mais semble compter quelques inexactitudes © Maxppp / Alexandre MARCHI

Jeudi soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a levé le voile sur une première version de la carte des départements, qui conduira à définir ceux qui, au 11 mai, bénéficieront d'un déconfinement plus ou moins strict. Or pour trois d'entre eux, le Lot, la Haute-Corse et le Cher, le classement en rouge a étonné non seulement les habitants mais aussi les personnels de santé

En réalité, pour au moins deux des trois départements, le Lot et le Cher, il s'agit d'erreurs - et il y a "un doute" pour la Haute-Corse. Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'Agence régionale de santé d'Occitanie a envoyé un communiqué en précisant que l'indicateur retenu au niveau national pour le Lot était "vraisemblablement faussé", le nombre de passages aux urgences pour suspicions de Covid-19 ayant sûrement été surévalué par rapport à la réalité. "Les données imputées par erreur vont être rectifiées dans les centres hospitaliers concernés", ajoute l'ARS. 

Invité de France Bleu Occitanie, le président du département, Serge Rigal, s'est dit "soulagé" mais "en colère". "Je ne peux pas imaginer qu'on ait pu faire cette carte sans appeler l'ARS locale ou le préfet local et qu'on mette un département, qui plus est rural comme le nôtre, en difficulté", a-t-il expliqué. 

Selon les informations de France Bleu Berry, la préfecture du Cher a confirmé que le classement en rouge du département était également erroné

Quant à la Haute-Corse, là aussi l'ARS a pris la parole, mais pour faire état de "doutes" sur ce classement : "Les modalités du codage par le centre hospitalier de Bastia entraînent une surestimation du nombre de passages aux urgences pour Covid en décalage avec le nombre de cas testés positifs", explique l'agence, qui explique qu'une "fiiabilisation" et, le cas échéant, une correction, seront mises en place. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.