Ce jeudi, le Haut commissariat à l'Egalité publie son tout premier état des lieux du sexisme en France. Les chiffres sont sans appel : quatre femmes sur dix disent avoir été récemment victimes de sexisme. Mais le sexisme jouit pourtant d'une grande tolérance sociale : seuls 2,9% des actes donnent lieu à une plainte.

La marche #NousToutes contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 24 novembre dernier
La marche #NousToutes contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 24 novembre dernier © Maxppp / Chloe Sharrock / Le Pictorium

C'est un rapport inédit qui est publié ce jeudi par le Haut Conseil à l'Egalité : pour la première fois, un organisme officiel dresse un état des lieux complet du sexisme en France. Un rapport rendu obligatoire par la loi égalité et citoyenneté du 27 janvier 2017, qui a chargé le HCE de préparer et remettre "tous les ans, au Premier ministre et au ministre chargé des droits des femmes, un rapport sur l'état du sexisme en France", qui doit être rendu public. 

Ce jeudi, la première édition de ce document est rendue publique, et ses conclusions sont accablantes : quatre femmes sur dix indiquent avoir récemment été victimes d'une injustice ou d'une humiliation à caractère sexiste (une proportion qui monte à cinq sur dix dans le cas des jeunes femmes). Et en parallèle, le rapport met en avant un paradoxe : la conscience du sexisme dans la société est de plus en plus forte, et en même temps celui-ci bénéficie d'une grande tolérance sociale. 

Plus grande conscience... mais plus grande tolérance ?

Le rapport recouvre l'ensemble des manifestations du sexisme, des propos stéréotypés aux atteintes physiques (coups, viols, meurtres), en passant par le "manspreading" (une sur-occupation de l'espace par les hommes, dans les transports par exemple), les entraves à l'avortement ou les discriminations professionnelles. 

En 2017, période concernée par le rapport, 83% des Françaises et des Français affirment penser que les femmes subissent des injustices et des violences parce qu'elles sont des femmes (et 80% des hommes le pensent également, un chiffre en hausse, il était de 72% il y a deux ans). Et pourtant, dans le même temps, aujourd'hui, seuls 2,9% des actes sexistes donnent lieu à une plainte (soit 1 sur 35), et seule une plainte sur cinq donne lieu à une condamnation. En 2017, les condamnations pour des actes sexistes ont concerné 28 398 personnes. 

L'humour tend-il à légitimer une tolérance envers le sexisme ?

Selon le rapport, "si la législation concernant le sexisme a évolué positivement ces dernières années avec une meilleure reconnaissance par le droit du sexisme et de ses manifestations, force est de constater que le droit est peu mobilisé et que la justice condamne peu le sexisme". En d'autres termes, selon le rapport, la société a tellement intégré le sexisme, qu'elle a développé une tolérance pour une partie des actes sexistes. Le HCE met ainsi l'accent sur le fait que l'humour, qui utilise encore trop souvent le sexisme comme ressort comique, tend à favoriser cette tolérance envers les blagues et les injures sexistes à l'échelle de la société. 

Passant en revue des chroniques radio (dont celles de France Inter) le HCE se félicite toutefois que notre antenne fasse la part belle aux humoristes femmes), des vidéos populaires sur YouTube et des sites de blagues sur Internet, le rapport montre que 71% des billets humoristiques à la radio utilisent au moins un ressort comique reposant sur le sexisme, ainsi que 5 des 6 vidéos YouTube (de Norman et Cyprien, les deux youtubeurs les plus populaires) analysées, et un tiers des "blagues du jour" du site blagues.info

1 min

La blague légitime-t-elle les stéréotypes, voire les violences, sexistes ?

Par Delphine Evenou

Et dans les enquêtes déclaratives, quatre personnes sur dix parmi les Françaises et Français qui ont pris part au panel disent avoir entendu au moins une blague qu'ils ont jugée sexiste dans le courant de l'année 2017. Problème : 31% des hommes interrogés et 15% des femmes disent trouver les "blagues" sexistes drôles.

Des recommandations pour optimiser la lutte contre le sexisme

Au-delà des blagues, le rapport met aussi en avant le fait que les injures sexistes sont trop peu signalées : en 2017 selon les chiffres avancés, 1,2 million de femmes ont subi une injure sexiste (soit une sur 20 à l'échelle de la population française), essentiellement à base de "salope" (27%), "pute" (21%) ou "connasse" (16%). Or seules 6% d'entre elles se rendent au commissariat... et la moitié seulement finissent par déposer une plainte, alors même que les injures sexistes en public sont passibles d'un an de prison et de 45 000 euros d'amende. 

Le HCE appelle désormais à passer aux actes : il prône un Plan national contre le sexisme qui serait échelonné de 2019 à 2022 reposant sur cinq grands axes, à savoir une meilleure mesure du sexisme (incluant la pérennisation du financement de cette étude annuelle), une meilleure information sur le sexisme dès l'école, une meilleure condamnation judiciaire des actes sexistes, un meilleur accompagnement des victimes et enfin une action publique exempte de tout sexisme. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.