Depuis ce mardi matin, les particuliers peuvent déposer leurs contributions sur le site du grand débat national. A 19h mardi, 17 000 idées avaient été déposées. Contrairement aux craintes de grand déballage de certains membres du gouvernement, la plupart des propositions semblent étayées.

Page d'accueil des contributions sur le site du grand débat national
Page d'accueil des contributions sur le site du grand débat national © Radio France / capture d'écran

Il est (enfin) accessible ! Depuis ce mardi matin, l'onglet "contribuer en ligne" est ouvert sur le site du grand débat national, avec 24 heures de retard sur les prévisions. Concrètement, cela veut dire que chacun peut, après s'être inscrit via son adresse mail, poster ses idées pour changer la société, tant qu'elles restent dans le champ défini par Emmanuel Macron. Seuls quatre thèmes sont ouverts aux propositions : fiscalité et dépenses publiques, transition écologique, démocratie et citoyenneté, organisation de l'État et des services publics. Malgré les critiques suscitées par ce balisage du débat, des milliers de contributions ont été déposées dans les heures qui ont suivi l'ouverture de la plateforme. Nous nous sommes plongés dans cette littérature, thème par thème, pour voir quelles idées émergeaient.

Fiscalité et dépenses publiques

C'est le thème, au cœur de la contestation des gilets jaunes, qui suscite le plus d'enthousiasme parmi les participants : à 19h ce mardi, près de 6 500 propositions avaient déjà été déposées, soit 38% du total. Si certaines relèvent plus de la prière incantatoire, d'autres sont très détaillées et semblent avoir été mûrement réfléchies.

  • Les idées déjà portées par les gilets jaunes

Le rétablissement de l'ISF, ou une imposition plus importante des hauts revenus est une idée qui apparaît souvent. Ainsi, Macrondemission écrit : "Aujourd'hui, l'essentiel de production de richesse en France se fait grâce au capital et non plus au travail. Baser l'imposition sur le travail est donc la grosse hérésie libérale. Pour financer l'État, le capital doit être taxé ! Donc retour de l'ISF et taxe sur les mouvements financiers !!". Comme à l'origine du mouvement des "gilets jaunes", plusieurs contributeurs affirment être issus de la classe moyenne, et se sentir à l'écart de toutes les politiques de l'État. Chris écrit par exemple : "Je voudrais que l'on arrête de faire payer la classe moyenne-supérieure, toujours prise en sandwich. J'ai la sensation de toujours payer dès qu'il y a des impôts ou taxes supplémentaires et de ne jamais bénéficier des réductions de charges ou de taxes. En effet, je ne suis pas assez riche pour bénéficier de la  suppression de l'ISF et de conseils pour "optimiser" l'impôt  (défiscalisation…), mais pas assez pauvre pour bénéficier de l'exonération de la taxe d'habitation par exemple ou de toute autre aide de l'Etat !"

Beaucoup réclament également une meilleure information sur le devenir de l'argent public. "Les dirigeants devraient déjà faire preuve de franchise en disant clairement à quoi servent les impôts / taxes et ne pas utiliser d'éléments de langage afin de brouiller la vision des honnêtes citoyens", réclame par exemple Manu, quand RAY voudrait "inciter les chaines publiques à faire des émissions expliquant l'utilisation de l'argent public à des heures de grande écoute, avec un vocabulaire compréhensible pour tout public".

Enfin, la réduction du train de vie de l'État et des élus est une préoccupation assez fréquente. Cadet71 estime par exemple qu'il faut "diminuer notre contribution au budget européen de 6 milliards d’euros. Diminuer les rémunérations et avantages de certains élus (députés) et des hauts fonctionnaires. Supprimer le Sénat. Supprimer les sous-préfectures. Supprimer les commissions, les organismes peu ou pas utiles. Réduire de façon drastique les subsides et avantages dont bénéficient les anciens présidents de la République. Rapatrier nos soldats, les missions extérieures sont ruineuses. Rétablir le jour de carence en cas d’arrêt maladie pour les fonctionnaires (cohérence avec le secteur privé)". De manière moins détaillée, Stéphane pense qu'il faut "revoir le train de vie de l'état (des élus, députés, sénateurs,  ministres, ... ). Que ceux-ci payent leurs déplacements, repas et hébergement comme le font tous les Français. Ceci serait plus juste et leur apporterait plus de crédibilité".

  • Les idées qui émergent 

Juju a une idée très précise de la manière de rendre l'impôt plus juste et efficace : "Remplacer tous les impôts et prélèvements obligatoires (oui, TOUS les impôts et prélèvements obligatoires) par une contribution en dixième de pourcentage (de 0,2 à 0,9%) qui frapperait l'ensemble des transactions financières, du paiement de la baguette de pain à l'achat d'actions. Avantages : lisibilité de l'imposition, égalité parfaite, dé-complexification du système actuel, facilité de mise en oeuvre et de contrôle, réduction des services des impôts, absence d'exonérations créant des niches fiscales ou effet d'aubaine, extinction des fraudes fiscales et sociales. Il sera également toujours possible de conserver et inventer des taxes spécifiques et purement incitatives à des comportements en adéquation  avec les objectifs étatiques (comme taxe sur les biens non recyclables, polluants...)".

  • Les idées auxquelles on ne s'attendait pas

Taxer les climatiseurs est le cheval de bataille d'Alex : "Les climatisations constituent une triple pollution : sonore, visuelle et climatique (quel intérêt d'avoir 25 degrés l'hiver pour en exiger 18 l'été ?). Je propose une taxe pour les propriétaires (et non les locataires, ni les entreprises (restauration, maison retraite, hôpital  ....) qui font installer une climatisation. Argent qui servira à la  transition climatique".

Rocky propose pour sa part que chacun participe au remboursement de la dette : "Créer une Dette Sociale Généralisée à la naissance, sachant que nous avons une dette par habitant de 30 000 €. Si l'enfant est né d'une famille fortunée, l'enfant ou ses parents paiera dès sa majorité 30 000€ aux Impôts. Si l'enfant est né pauvre, il devra rembourser toute sa vie sa dette sociale de 30 000 € en travaillant et payer un impôt mensualisé".

Transition écologique

C'est le deuxième thème le plus mobilisateur sur le site : à 19h, plus de 4 300 contributions avaient été déposées.

  • Les taxes sur le carburant, fer de lance du mouvement des gilets jaunes

C'est la grande crainte de Gannevast : "Surtout éviter de reprendre une taxe sur les carburants en 2022. Plutôt taxer les gros pollueurs (avions, tankers...)". Cette idée de taxer le kérosène et le carburant pour bateaux revient assez régulièrement. Pour Shaanchenvi, il est impératif de "taxer fortement les carburants utilisés par l’aviation et la navigation civile et commerciale". Pour Ric62, il faut "baisser le prix des voitures électriques", quand Bois demande à l'État d'"arrêter d'isoler les villages de campagne (administrations, hôpitaux,...)" car cela engendre de "la pollution pour se déplacer", faute de "transports en communs".

  • Mieux isoler pour économiser

Le diagnostic de Quousqutandem est implacable, et ses solutions assez précises : "Je suis Président du conseil syndical d'un immeuble parisien. Nous rencontrons une difficulté à évaluer le retour sur investissement du changement d'une verrière ancienne au profit d'une verrière moderne mieux isolée. Dans tous les cas, il semble que l'amortissement du coût de ces travaux soit sur plus de 10, voire 20 ans. Dans ces conditions, j'ai du mal à convaincre les copropriétaires d'engager des montants importants pour une rentabilité certaine mais à très long terme. Je propose qu'un organisme puisse prêter l'argent à des copropriétés sur la durée de retour sur investissement, à des taux favorables. Les mécanismes de crédits d'impôts ou de déductibilité fiscale ne sont pas satisfaisants car ils n'incitent pas suffisamment à l'étude économique et ils font porter le coût sur la collectivité et non sur les bénéficiaires directs."

Pour Bdir, en plus d'économiser de l'argent et des ressources, cela permettrait de réduire le chômage : "Réduire notre dépendance aux énergie polluantes (énergies fossiles,  nucléaire) en commençant par réduire notre consommation. Pour cela il faut isoler tous les bâtiments (maisons individuelles et autres). L'effet direct est une réduction de la consommation pour le chauffage et  l'effet de bord est un accroissement de l'emploi pour réaliser les travaux."

  • Le grand retour du ferroutage et de la taxe sur les camions étrangers en transit

Plusieurs proposition sur le site vont dans le sens. Ainsi, Claude, qui voit dans la "pollution de l'air" le problème concret le plus important en matière d'environnement, hurle en lettres capitales qu'il faut "TAXER LES CAMIONS ÉTRANGER QUI TRAVERSENT LA FRANCE ET QUI CAUSENT DES BOUCHONS DANS LES VILLES". Même constat pour Thomas, qui prône la gratuité des transports en commun pour tous : il propose de "taxer les camions étrangers pour financer les routes qu'ils dégradent, il est anormal que les Français paient pour des camions étrangers qui ne s’arrête que pour faire le plein s'ils y sont contraints". Au-delà de cette taxe sur les poids-lourds, Frank Gigon préconise des alternatives : "Développer le ferroutage pour limiter la circulation des camions comme c'est fait dans d'autres pays et notamment en Suisse. Taxer les camions et proposer des tarifs attractifs pour le ferroutages afin de 'transitionner'"

  • La lutte contre le gaspillage, une prise de conscience générale ?

Avant d'imaginer de nouvelles solutions, Denis propose de faire respecter la législation déjà en vigueur. Pour lui, il faut "lutter contre toutes les formes de gaspillage, notamment celui d'électricité, en faisant appliquer les dernières lois votées sur la pollution lumineuse et qui sont peu respectées (peut-être encore méconnues)". Alanis7 aimerait qu'on montre l'exemple en Europe et dans le monde "en renonçant par exemple au plastique à usage unique comme les gobelets plastiques, les pailles, les touillettes, les assiettes et les couverts".

  • L'idée à laquelle on ne s'attendait pas

Celle de Manu4ever a le mérite de la franchise : "Arrêtons l’hypocrisie et disons la vérité aux Français : nous sommes trop nombreux sur cette planète et notre modèle économique va inévitablement nous conduire à notre perte. Il faut agir vite pour 'make our planet great again' et ce ne sont pas des slogans ou des promesses qui n’engagent que ceux qui les reçoivent qui vont résoudre le problème. Seule une bonne guerre pourrait nous aider à sauver la  planète et l’humanité."

Démocratie et citoyenneté

Moins mobilisateur, avec près de 3 500 contributions mardi à 19h, ce thème reprend pourtant plusieurs revendications des gilets jaunes.

  • La réforme du Parlement

ThomPauls propose de rendre le vote obligatoire, assorti d'une meilleure représentation des différentes sensibilités politiques : "Il faut mettre en place l'élection d'une des deux Chambres à la  proportionnelle intégrale, avec prime majoritaire au parti arrivé en tête (comme c'est déjà le cas pour les élections régionales). Ce mode d'élection permettrait de représenter tous les grands courants politiques mais aussi de maintenir une stabilité pour un gouvernement stable". Nicky, pour sa part, veut simplement "réduire le nombre de députés et de sénateurs", quand Olivier propose d'accroître le rôle de la troisième chambre de la République : "Le Conseil Economique Social et Environnemental doit être réformé pour mieux représenter les citoyens et avoir davantage d’influence et de visibilité. Tous ses membres pourraient être tirés au sort en respectant  certains critères (parité, toutes les catégories  socio-professionnelles, un mix villes / campagnes…) pour une période  donnée (1 an renouvelable 1 fois par exemple ?) et avec une indemnité (modeste) à la clé. Il aurait un rôle de vigie : en amont de l’examen d’une loi au Parlement, en émettant un avis public sur tous les projets / propositions de loi. En aval, en se réservant le droit de bloquer la  promulgation d’une loi si la majorité du CESE est réunie. Dans ce cas, soit le Parlement retire ou amende sa loi, soit il refuse et le CESE (si une majorité est réunie) peut alors décider l’organisation d’un référendum sur cette loi."

  • Prise en compte du vote blanc

La question est suggérée au moment de la rédaction de la contribution : "Faut-il prendre en compte le vote blanc ?". Une proposition qui semble avoir les faveurs des contributeur, par exemple en permettant "l'annulation du vote et d'empêcher les candidats de se représenter si le vote blanc est majoritaire".

  • Immigration

C'est dans ce thème qu'il a été choisi de glisser les contributions relatives à l'immigration. Pour Locuste, il faut "arrêter de financer et d'armer de guerres qui contribuent à créer des réfugiés. Entamer une transition écologique pour limiter le nombre de réfugiés climatiques". Alex pour sa part estime que : "L'immigration est beaucoup trop importante en France, ce qui grippe la machine de l'assimilation et créé une société multiculturelle dans laquelle les gens ne vivent pas ensemble mais cote à cote. Il faut pouvoir instaurer des quotas en baissant fortement l'immigration familiale (hors conjoint de français) et être vigilant et exigeant sur l'immigration étudiante et salariée."

  • Le représentant auquel on n'avait pas pensé

La première question de la fiche de contribution se présente ainsi : "En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société et pourquoi ?"

Si la réponse "la société elle-même" et "le peuple" reviennent régulièrement, KrisprollsDorée a une visions plus personnelle des choses : "Moi-même".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.