Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "proxénétisme aggravé" et "circulation de véhicule publicitaire en agglomération dans une zone où la publicité est interdite" suite au déplacement dans Paris d'un véhicule affichant une publicité très controversée "Sugar Daddy" notamment devant les universités.

Camion publicitaire circulant dans Paris ce jeudi
Camion publicitaire circulant dans Paris ce jeudi © AFP / Anais CAQUANT

Sur les publicités du site "RichMeetBeautiful" on peut lire :

Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant : sortez avec un sugar daddy, sugar mama.

Ce mercredi soir, l'adjointe à la maire de Paris chargée de l'égalité femmes-hommes, Hélène Bidard, avait indiqué avoir "saisi le procureur pour que la plateforme Pharos (qui permet de signaler les contenus et comportements illicites sur internet) ferme ce site et que ces publicités soient retirées."  

Une plainte a également été déposée par l'Université Paris Descartes.

Pour la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), qui entend porter plainte pour proxénétisme :

Cette publicité a pour objet d'attirer les étudiant-es en situation de précarité et de les inciter à accepter de se livrer à des actes sexuels avec des personnes plus âgées 

Le chauffeur du camion interpellé

Le camion publicitaire a été  contrôlé ce jeudi matin. Son chauffeur, qui présentait un permis de conduire hongrois, a été conduit au commissariat pour établir une procédure judiciaire. Il pourrait être entendu pour incitation à la prostitution. Les responsables du site d'escorting vont aussi être convoqués. Le véhicule et la remorque ont quant à eux été consignés et les publicités démontées. 

Déja fin septembre, deux camions - surmontés de panneaux sur lesquels on pouvait lire "Hey les étudiantes ! Améliorez votre style de vie, sortez avec un sugardaddy" - avaient été aperçus et signalés en Belgique aux abords d'universités.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.