L'UFC-Que Choisir publie ce mardi une étude sur la qualité de l'eau du robinet en France. Plus de 95% des Français peuvent boire en toute sécurité, mais il reste des problèmes.

L'UFC-Que Choisir recommande de boire de l'eau du robinet
L'UFC-Que Choisir recommande de boire de l'eau du robinet © Maxppp / Sebastien JARRY

Aujourd'hui, en France, 95,6% des consommateurs d'eau peuvent boire leur eau du robinet en toute confiance. C'est ce qu'il ressort del'étude rapportée ce mardi par l'UFC-Que Choisir, basée sur les chiffres du ministère de la Santé, et visualisable sous la forme d'une carte interactive.

POUR EN SAVOIR PLUS : la carte interactive de la qualité de l'eau du robinet sur le site Que Choisir.org

Capture d'écran de la carte UFC-Que Choisir
Capture d'écran de la carte UFC-Que Choisir © Aucun(e)

Pour l'association de consommateurs, le constat globalement est positif : cela permet d'encourager la consommation de l'eau du robinet par rapport à l'eau en bouteille. En effet, l'UFC rappelle sur son site que l'eau du robinet est moins chère, plus recommandée pour une consommation quotidienne, et surtout moins polluante (à cause des bouteilles en plastique).

Toutefois, la situation n'est pas parfaite pour autant : l'enquête de l'UFC note que si "près de 96% des consommateurs peuvent boire leur eau en toute confiance, 2,8 millions ont en revanche une eau polluée notamment par les pesticides, les nitrates ou le plomb".

Trop de pesticides dans l'eau

Et la première cause de cette mauvaise qualité, c'est l'agriculture : la présence de pesticides est de loin la première raison qui peut entraîner une non-conformité de l'eau, pour deux millions de consommateurs, surtout ruraux mais pas seulement. Il faut ajouter cela les bactéries dues notamment à la vétusté des installations, surtout dans les petites communes rurales des Pyrénées, du Massif Central et des Alpes.

Enfin, la composition des canalisations pose aussi problème : 3% des analyses révèlent que du plomb, du cuivre, du nickel ou du chlorure de vinyle sont présents. Or ces composants peuvent polluer l'eau qui circule dans les canalisations.

La dépollution coûte cher

Autre problème significatif pour l'UFC-Que Choisir, c'est que le bon résultat en termes de qualité de l'eau est dû à des opérations de dépollution qui coûtent cher, et pas à des changements d'habitudes à la source. "Si l'eau de 97% des consommateurs échappe aux pesticides par exemple, ce n'est pas parce que l'agriculture aurait amendé ses pratiques, mais parce que l'eau subit de coûteux traitements de dépollution", explique l'article.

L'association de consommateurs appelledonc les pouvoirs publics à adopter une politique de l'eau efficace, en mettant notamment en place le principe "pollueur-payeur" dans le calcul des redevances de l'eau chez les agriculteurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.