Partis le 7 mars de Buenos Aires en Argentine, les 1800 passagers du navire Zaandam, confinés, ne peuvent débarquer nulle part. En cause : des pays qui renforcent leurs frontières, et plusieurs cas de coronavirus à bord. Récit.

Le gouverneur de la Floride refuse que le navire accoste au port de Fort Lauderdale.
Le gouverneur de la Floride refuse que le navire accoste au port de Fort Lauderdale. © AFP / Luis Acosta

C'est une croisière qui n'en finit pas. Les 1800 passagers du paquebot Zaandam, parti le 7 mars de Buenos Aires en Argentine, errent depuis à la recherche d'un port qui accepte de les accueillir. À bord : quatre morts, des cas suspectés de coronavirus et une centaine de personnes grippées. 

Chili, Pérou, canal de Panama... Arrivé lundi au large des États-Unis, le navire trouve pour l'instant porte close. Le gouverneur de Floride refuse de les laisser accoster : "nous ne pouvons pas nous permettre de nous voir refourguer des gens qui ne sont même pas des Floridiens", a-t-il lâché. Mercredi, Donald Trump a annoncé que les passages canadiens et britanniques allaient être évacués. Chronologie, jour par jour, d'une croisière infernale.

Samedi 7 mars : départ de Buenos Aires

Le samedi 7 mars, le Zaandam quitte le port de la capitale argentine Buenos Aires. Direction la ville de San Antonio, au Chili, qui doit au départ être le terminus de la croisière. À bord, 1800 personnes : 586 membres d’équipage et 1243 passagers très exactement, de multiples nationalités. Dont 105 Français, selon des sources diplomatiques.  

Samedi 14 mars : Punta Arenas au sud du Chili, la dernière escale

Ce sera la dernière fois que des personnes descendront du bateau de croisière… avant d’y remonter : "Malgré la confirmation au préalable que les passagers pouvaient débarquer à Punta Arenas afin de prendre l'avion, on ne nous a pas permis de le faire", rapporte l'armateur américain Holland America (propriété de Carnival, compagnie maritime spécialisée dans les croisières).

Dimanche 15 : premier cas de Covid suspecté à bord

C'est le début des inquiétudes. Le 15 mars, un passager du Zaandam est soupçonné d'être atteint du coronavirus : "Le premier cas de Covid-19 est suspecté et a conduit tous les passagers à être confinés dans les cabines avec pour seul contact la dépose des repas devant les portes", indique la compagnie.

Mercredi 18 : le Chili ferme ses frontières

Mauvaise nouvelle : le Zaandam ne pourra pas débarquer ses passagers à son terminus, San Antonio au Chili. Le pays annonce fermer toutes ses frontières : terrestres, aériennes… et maritimes (le Chili compte alors 746 cas de coronavirus et deux décès).

Vendredi 20 et samedi 21 : ravitaillement du bateau

Le 20 et 21 mars, le paquebot est simplement autorisé à se ravitailler en vivres, médicaments et carburant à Valparaiso, ville portuaire de la côte chilienne. 

Dimanche 22 : confinement total, un autre navire envoyé à la rescousse

Alors que des passagers présentent des symptômes grippaux, le confinement strict et total dans les cabines est décrété. Pour un couple interrogé par l'AFP, la vie à bord se résume alors à un espace de 17 m2, "sans un brin d'air frais". "C'est très pénible. Notre cabine a une très grande fenêtre mais ça ne fait pas entrer l'air pur. Elle ne s'ouvre pas, bien entendu, comme dans tous les bateaux (...) j'avoue qu'on en a un peu marre."

En parallèle, le paquebot Rotterdam, avec à bord 611 membres d'équipage et aucun passager, se met en route depuis Puerto Vallarta au Mexique pour venir en aide au Zaandam, lui "fournir des vivres, du personnel et des tests de Covid-19", précise l'armateur Holland America.

Mardi 24 : accostage au Pérou refusé

Après le Chili, c'est au tour du Pérou de refuser au Zaandam l'accès à sa côte. "Les embarcations transportant des personnes touchées par des épidémies ou des maladies infectieuses ne peuvent pas arriver ici", indiquent à l'AFP des sources officielles péruviennes, sous couvert d'anonymat.

Mercredi 25 : traversée du canal de Panama autorisée 

Le Panama permet au paquebot de croisière de traverser son canal, tout en interdisant tout débarquement sur son territoire.

Jeudi 26 : début du transfert de passagers sans symptômes sur l'autre paquebot, le Rotterdam

Le paquebot Rotterdam, parti dimanche du Mexique, arrive aux abords du Zaandam. Il s'ancre à quelques centaines de mètres du navire. Débute alors une "opération de transbordement" de passagers sains sur le Rotterdam.

"Le transbordement de passagers ne présentant pas de symptômes du paquebot Zaandam à bord du paquebot Rotterdam a démarré", rapporte l'Autorité maritime du Panama (AMP) sur son compte Twitter.

"Il y a un tender, une chaloupe, qui prend les gens avec de très grandes précautions sanitaires. Nous avons tous nos masques. Nous nous installons dans le tender à bonne distance les uns des autres", raconte alors à l'AFP Françoise, une touriste française de 74 ans. "Comme à bord du Zaandam, les passagers transférés à bord du Rotterdam sont soumis à de strictes mesures de confinement dans leurs cabines."

Vendredi 27 : la compagnie annonce 4 morts et au moins deux cas de Covid-19, le Panama refuse finalement la traversée du canal

Quatre passagers sont décédés à bord du Zaandam, annonce Holland America dans un communiqué, sans préciser les causes des décès."Hier, plusieurs patients présentant des symptômes respiratoires ont été testés au Covid-19 et deux ont été positifs", rapporte aussi la compagnie, qui précise que 53 passagers et 85 membres d'équipage présentent des symptômes grippaux.

De son côté, malgré l'accord initial, le gouvernement panaméen refuse pour "raisons sanitaires" la traversée du canal de Panama au paquebot.

Samedi 28 : traversée du canal de Panama accordée, direction les États-Unis, 400 passagers transférés sur le Rotterdam

Soulagement : après plusieurs jours d'incertitude, le paquebot peut finalement traverser le canal pour poursuivre sa route, indique dans un communiqué le ministère de la Santé panaméen. Selon Paris, Panama a autorisé le passage du paquebot après un appel du ministère des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à son homologue.

Le Zaandam franchit les 80 kilomètres du canal dans la nuit de dimanche à lundi, et arrive en mer des Caraïbes. Objectif : accoster aux États-Unis, dans la ville de Fort Lauderdale (Floride).

Dans le même temps, 400 passagers testés négatifs au Covid-19 ont été transférés sur le Rotterdam, qui accompagne le Zaandam vers les États-Unis et restera avec lui, "en tandem", indique la compagnie Holland America.

Lundi 30 : le gouverneur de Floride refuse d'accueillir les passagers

Espoirs douchés. Les mots du gouverneur de Floride sont très durs : "nous ne pouvons pas nous permettre de nous voir refourguer des gens qui ne sont même pas des Floridiens", lâche Ron DeSantis. Selon lui, les passagers "épuiseraient les ressources précieuses" que l'État a mis en place pour faire face au coronavirus.

Avant de préciser plus tard : "Nous aimerions que du personnel médicalisé soit envoyé sur le bateau, et espérons que les compagnies de croisière pourront l'organiser, afin de s'occuper des gens."

Le maire de Fort Lauderdale, Dean Trantalis, a lui aussi estimé que pour l'heure les conditions n'étaient pas réunies pour accueillir le paquebot.

Ce lundi, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne a indiqué sur France 5 que la Floride restait "l'option privilégiée" : "Nous allons continuer les interventions politiques s'il le faut pour trouver une solution." 

Mercredi 2 avril : Donald Trump annonce l'évacuation des passagers canadiens et britanniques 

Le président américain annonce que les passagers canadiens et britanniques du paquebot Zaandam seront prochainement évacués. "Il a été notifié au Canada de rapatrier ses passagers des navires qui accosteront" à Port Everglades (Floride), a déclaré Donald Trump, ajoutant que le même message avait été adressé au Royaume-Uni.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.