Hors partis, hors syndicats, hors de toute organisations traditionnelles, les "gilets jaunes" se retrouvent sur les réseaux sociaux pour débattre et se coordonner et notamment à travers de longues vidéos Facebook Live.

Les "gilets jaunes", très actifs sur Facebook.
Les "gilets jaunes", très actifs sur Facebook. © Maxppp /

C'est sur Facebook que les "gilets jaunes" ont trouvé leur façon de s'organiser. Hors des partis politiques et des syndicats, affranchis des organisations traditionnelles, ce mouvement s'est structuré autour des réseaux sociaux depuis plus d'un mois maintenant. On dénombre des dizaines de groupes de tailles plus ou moins importante - "La France en colère", par exemple, rassemble plusieurs centaines de milliers de membres - et chaque jour, des dizaines de milliers de commentaires et de messages postés. 

En mode selfie

L'une des formes d'expression des "gilets jaunes" passe par la fonction 'Live' du réseau social Facebook. Des vidéos filmées en mode selfie, à la fois par des manifestants et citoyens lambdas et par d'autres, devenus en quelque sorte des leaders. Éric Drouet, par exemple, est l'une des figures du mouvement. Chauffeur routier, il se filme au volant de son camion avant, pendant et après les mobilisations. Il commence ses vidéos ("Salut les amis") et attend l'arrivée des premiers commentaires. S'engage alors une conversation ping-pong entre lui et les internautes qui posent des questions dans la zone prévue à cet effet. Dans ces dialogues vus plusieurs dizaines de milliers de fois il répond aux interrogations posées, notamment, sur la suite du mouvement. 

Canal d'information 

Les vidéos deviennent aussi un canal de diffusion de l'information pour ces gilets jaunes. Ils se renseignent principalement sur la suite des événements (d'éventuelles rencontres avec le gouvernement), la nomination de porte-paroles et sur les bilans des manifestations. C'est ici aussi que se cristallise une véritable méfiance des médias. Maxime Nicolle l'un des porte-paroles a partagé cette vidéo ce week-end après la manifestation dans laquelle il explique par exemple qu'il faut s'éloigner des médias car "ils finiront par vous la mettre à l'envers" en "retournant les questions". 

Des commentaires, qu'ils soient positifs, de soutien ou insultants, plus il y en a, plus Facebook rend les vidéos visibles. Les discussions bouillonnent de remarques et suggestions sur l'avenir du mouvement mais donnent parfois l'impression d'être dans une assemblée générale "version numérique", avec ce que ça a de bon et de mauvais. Une expression libre, mais un peu désordonnée qui explique - peut-être - la difficulté des "gilets jaunes" à vraiment s'organiser.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.