Dans une société hyper-sexualisée qui nous ordonne d’exulter sans entrave et qui érige la performance en totem, quelle place pour ceux qui ne sont pas intéressés par le sexe ?

Sophie Cadalen, psychanalyste : "La sexualité, c’est quels désirs nous poussent et quelle jouissance ils visent. Ça dépasse largement le cadre du génital"
Sophie Cadalen, psychanalyste : "La sexualité, c’est quels désirs nous poussent et quelle jouissance ils visent. Ça dépasse largement le cadre du génital" © Getty / WANDER WOMEN COLLECTIVE

Ali Rebeihi propose de s'intéresser, dans son émission de société Grand bien vous fasse, à tous ceux qui ne sont pas, ou très modérément, intéressés par le sexe. Une faible activité sexuelle librement consentie, apparaît parfois comme étrange, à la limite du normal et du pathologique…

Pour en débattre, il avait réuni autour de lui Laurence Lemoine, de Psychologies Magazine, Sophie Cadalen, psychanalyste et écrivaine et le docteur Sylvain Mimoun, Gynécologue-andrologue-psychomaticien.

Le sexe est-il vraiment important ?

La réponse de la psychanalyste Sophie Cadalen est claire :

Oui, le sexe est important pour tout le monde.

Mais elle nuance immédiatement : "faire l’amour, au sens de copuler, est-il si nécessaire pour tous ? Certainement pas [...] Ce qui me gêne dans l’asexualité, c’est quand elle est défendue, argumentée. Si on n’a pas envie de faire on fait pas. Mais en faire une règle, me semble extrêmement suspect."

Laurence Lemoine cite les résultats étonnants d'un sondage IFOP sur la sexualité des Français, qui laissent penser qu'effectivement la sexualité n'est pas forcément au cœur des priorités de tous :

  • 70% des gens ne sont pas du tout d’accord avec l’idée que c’est le plus grand plaisir qui puisse exister
  • 47% d'entre eux estiment c’est un plaisir dont on peut tout à fait se passer.

Elle note surtout :

Ce que je trouve frappant c’est le nombre de femmes qui consentent à des relations dont elles ont pas envie comme si le sens du devoir devait passer avant leurs propres envies.

Pour Laurence Lemoine, il y a encore beaucoup de femmes qui consentent à des rapports sexuels dont elles n'ont pas vraiment envie
Pour Laurence Lemoine, il y a encore beaucoup de femmes qui consentent à des rapports sexuels dont elles n'ont pas vraiment envie © Getty / Vincent Besnault

Une baisse de la libido qui est loin d'être une spécificité féminine, comme le rappelle la psychanalyste Sophie Cadalen : "Il y a beaucoup d'hommes qui ne sont pas si intéressés que ça par la chose et qui même sont plutôt angoissés de devoir honorer leur compagne".

Qu’est ce qui pousse à se mettre en retrait de la sexualité ?

Pour Sophie Cadalen :

La gageure aujourd’hui, c’est qu’on veut concilier l’amour et la sexualité. Et ça ne va pas de soi !

La psychanalyse précise : "Il y a peu de temps c’était carrément dissocié. Il y avait la cellule familiale, le couple au sens le plus honorable du terme, et la gaudriole se passait ailleurs. [...] C’est une ambition qu’on devrait arrêter de penser comme évidente et comme forcément la réussite du couple. Ça ne concerne pas tout le monde et ça n’est pas garanti".

► ALLER PLUS LOIN | “L’adultère est une espèce en voie de disparition”

Le docteur Sylvain Mimoun propose une autre piste explicative :

La sexualité, c’est la vie - et même, la joie de vivre. S'il n'y a pas de joie de vivre, on a du mal à faire l’amour.

Pour le docteur Mimoun, "la sexualité, c’est la vie". Et même avant tout "la joie de vivre"
Pour le docteur Mimoun, "la sexualité, c’est la vie". Et même avant tout "la joie de vivre" © Getty / Fabrice LEROUGE

Réapprendre l'érotisme

"Entre la voie du puritanisme qui est en train de nous gagner et celle de la pornographie qui est plutôt angoissante, qui nous pousse à la performance quel que soit le plaisir, Lydie Salvayre [dont le dernier livre est un Petit traité d'éducation lubrique] réhabilite la voie de l’érotisme" rappelle Laurence Lemoine.

Elle pousse à considérer le sexe comme une gourmandise, comme le bon vin, un bon repas.

Sophie Cadalen précise : "L’érotisme, c’est très vaste. Personne peut définir ce qu’est réellement l’érotisme et comment il doit être pratiqué. On a besoin, en terme de sexualité, de s'inventer".

Personne ne peut nous dire quelle est la bonne sexualité ; on peut juste savoir ce qui est bon pour nous.

Comment faire pour qu'un couple fonctionne bien sexuellement ?

Il faut qu’il y ait un égoïsme partagé.

C'est du moins l'avis du docteur Sylvain Mimoun. Sophie Cadalen fait même le lien entre la sexualité et "une forme de bataille" : "je veux jouir, tu veux jouir, je veux te faire jouir, tu veux me faire jouir, et c’est pas en faisant “comme il faudrait faire” ou comme l’autre attend que l’on fasse, que ça marche. Mais au contraire en bataillant, en disant: moi c’est ça que je veux."

Sophie Cadalen souligne qu'il est dangereux de suivre une certaine "norme", de se comparer aux autres : "Pour vivre au mieux sa sexualité on va devoir s’extraire de cette comparaison impossible pour se poser la question inconfortable et quelque peu vertigineuse : qu’est ce qui me fait du bien et comment moi j’ai envie de vivre ma sexualité ?

Aller plus loin

LIRE | Le couple a-t-il encore un avenir ?

ECOUTEZ | Grand bien vous fasse consacré à la sexualité

LIRE | “L’adultère est une espèce en voie de disparition”

LIRE | "Le couple, c'est comme le loto"