Comment faire pour gérer son hypersensibilité ? Quels sont les risques si l'hypersensible refuse d'accepter son état ? Retrouvez ici quelques clefs données par des spécialistes invités sur le plateau de "Grand bien vous fasse" - clefs qui s'adressent à la fois aux personnes hypersensibles mais aussi à leurs proches.

Quelques clefs pour mieux gérer l'hypersensibilité
Quelques clefs pour mieux gérer l'hypersensibilité © Getty / DrAfter123

Comment faire pour gérer son hypersensibilité ?

Lui-même hypersensible, Fabrice Midal vient de publier Suis-je hyper sensible ? Enquête sur un pouvoir méconnu. Il est par ailleurs docteur en philosophie et fondateur de l’Ecole occidentale de méditation. Interrogé au micro d'Ali Rebeihi, il a donné quelques clefs pour aider les hypersensibles à gérer leur état :

  • Ne pas chercher à se calmer

Cela paraît contrintuitif et pourtant le philosophe insiste : "plus vous voulez calmer un hypersensible, et pire il va être parce qu'on ne peut pas se calmer. Il faut d'abord accepter pleinement d'être hypersensible" précise-t-il, "il faut sortir de l'idée qu'il faudrait contrôler". 

  • Accueillir ses émotions, qu'elles soient négatives ou positives

Autre conseil de l'écrivain : "Il faut laisser tomber cette idée absurde qu'il y a des émotions positives et des émotions négatives. Pour un hypersensible, toute émotion a quelque chose à lui dire. Il y a des émotions agréables ou désagréables, mais la colère, la tristesse, le chagrin sont des émotions que vous devez explorer. Vous verrez, elles ont des choses formidables à vous dire."

  • Cesser de voir l'hypersensibilité comme une faiblesse

"La vulnérabilité, c'est aussi une capacité de voir ce que les autres ne voient pas et de pouvoir aider le monde" note Fabrice Midal, qui souligne que les hypersensibles perçoivent par exemple des signaux faibles que les autres ne voient pas" - ce qui peut en faire de grands artistes comme de grands politiques. Une observation que la psychiatre Aurélia Schneider confirme : de son expérience en tant que médecin, "les hypersensibles sont souvent des gens qui repèrent les émotions avant même les personnes qui sont elles-mêmes vectrices de ces émotions, il y a une perception de l'émotion sans que l'autre ait parlé"

  • Cultiver son hypersensibilité

"On a des antennes, autant les explorer !" estime Fabrice Midal. Il témoigne : "Moi, par exemple, je passe beaucoup de temps à écouter de la musique, mais ça peut être aller dans la nature ou autre chose… C'est important de trouver par où on profite de ces antennes".

Quels sont les risques de refuser son hypersensibilité ? 

Tout bonnement de "passer à côté de sa vie, sans même s'en rendre compte". Fabrice Midal l'explique ainsi : "On essaye de correspondre à l'image qu'on pense que la société veut de nous. On se coupe de ce que l'on sent, on essaye de se forcer à entrer dans un moule, on vit avec une carapace, c'est de plus en plus douloureux. On sent qu'il y a un malaise, mais on n'arrive même plus très bien à savoir parce qu'on est prisonnier dedans". Et il réassène : 

C'est le paradoxe de l'hypersensibilité : au lieu de vouloir se protéger, il faut explorer. 

Quelques clés pour l'entourage d'un hypersensible 

Charlotte Wils est psychopraticienne, spécialisée dans l’accompagnement des personnes hypersensibles. Elle conseille en premier lieu "d'écouter les propos des personnes hypersensibles […] Et puis essayer de les comprendre. Ils n'ont pas forcément besoin que l'autre réagisse de la même manière, mais ils ont un grand besoin d'être compris". 

Fabrice Midal témoigne : "Ça change vraiment tout. On ne se rend pas compte  : quand on est hypersensible, on vit avec le sentiment qu'on est en faute de ressentir. Le moment où on comprend que ça n'est pas une faute mais une singularité, et qu'on va pouvoir vivre avec : ce pouvoir de l'acceptation, c'est fou comme il est puissant et comme il change tout"

L'écrivain insiste sur la nécessité d'un environnement empathique, notamment dans l'enfance :  "l'hypersensible a besoin plus que les autres d'un environnement empathique, être accueilli, et c'est cet accueil-là, dans son enfance, qui va faire que l'hyper sensible va réussir à en faire une force, tandis que dans l'autre cas, il va perdre ses moyens. 

Les enfants hypersensibles sont un peu comme des orchidées : ils ont besoin d'énormément de soins pour grandir. Mais si on prend bien soin d'eux, ils vont pouvoir grandir et même avoir des qualités tout à fait étonnantes. 

Le comédien Maurice Barthélémy souligne une nuance importante : "Il faut faire attention à ne pas trop confondre l'hyper émotivité et l'hypersensibilité. Oui, les hypersensibles sont émotifs, sûrement, mais il y a plein d'autres caractéristiques et souvent, il y a une confusion. Et on dit que les hypersensibles sont fragiles, qu'ils vont s'effondrer en larmes devant la télé, etc. Alors oui, certains le sont, mais moi, par exemple, je suis un hypersensible qui ne suis pas très, très, très émotif"

Aller plus loin

🎧 ÉCOUTER Grand bien vous fasse - Mieux comprendre l'hypersensibilité

📖 LIRE Suis-je hypersensible ? Enquête sur un pouvoir méconnu de Fabrice Midal et Charlotte Wils, éditions Flammarion, 2021

📖 LIRE Fort comme un hypersensible de Maurice Barthélémy, éditions Michel Lafon, 2020 avec Charlotte Wils

Thèmes associés