Un essai clinique mené "illégalement" sur au moins 350 malades de Parkinson ou d'Alzheimer a été interdit par l'Agence du médicament. Réalisé dans une abbaye près de Poitiers, il était mené par une structure dont le Pr Joyeux, figure de proue du mouvement anti-vaccins, est le vice-président.

Le Pr Henri Joyeux, chantre des anti-vaccins, serait lié à un essai thérapeutique sauvage sur la maladie d'Alzheimer
Le Pr Henri Joyeux, chantre des anti-vaccins, serait lié à un essai thérapeutique sauvage sur la maladie d'Alzheimer © AFP / GARO / PHANIE

L’Agence nationale de la sécurité du médicament a annoncé jeudi qu’elle mettait un terme à un essai clinique illégal mené par l'associé du professeur Henri Joyeux sur 350 personnes atteintes de Parkinson et d’Alzheimer. Deux molécules aux effets inconnus (appelées valentonine et 6-méthoxy-harmalan) étaient testées via des patchs dans une abbaye près de Poitiers, sans aucune autorisation. Cet essai "illégal" était mené par le fonds Josefa, dont le vice-président est le professeur Henri Joyeux, contesté par la communauté médicale à cause de ses positions anti-vaccins. Selon lui, la "fondation spirituelle" Josefa détient "la propriété des brevets" sur les molécules en question.  

Interrogée sur France Inter,  la ministre de la Santé Agnès Buzyn a dénoncé “une faute lourde” : 

Je suis effondrée, horrifiée. Il y aura des sanctions et des poursuites.

27 sec

La ministre de la Santé Agnès Buzyn sur France Inter

Par Fabienne Sintes

De son coté, le Pr Joyeux joint jeudi soir par Solenn Le Hen affirme :

Ce n'est pas un essai clinique, donc ça ne peut pas être un essai clinique sauvage !

Selon lui, il s'agit au contraire "d'une découverte importante" d'une hormone qui régule la veille et le sommeil. Cette découverte aurait été réalisée selon lui par son associé Jean-Bernard Fourtillan, président du Fonds Josefa. 

Cette hormone a un intérêt extrêmement important pour l'avenir des traitements concernant les problèmes du sommeil d'Alzheimer et de Parkinson.

36 sec

Pour le Pr Henri Joyeux "il s'agit d'une découverte importante"

Par Solenn Le Hen

Il se décrit comme "un lanceur d'alerte" victime d'un "procès scientifique" 

Figure de proue des anti-vaccins, le professeur Henri Joyeux est un chirurgien cancérologue. Il se décrit comme un "lanceur d'alerte".  À 74 ans, ce montpelliérain a lancé des pétitions anti-vaccins qu'il avait publiées sur internet en septembre 2014 et mai 2015. 

Il a été convoqué par les instances disciplinaires de l'Ordre des médecins. En première instance, le 8 juillet 2016, il a été radié par la chambre disciplinaire de Languedoc-Roussillon. Mais en appel, le 26 juin 2018, il a été blanchi par la chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, une instance indépendante du Conseil national de l'Ordre. 

Le Conseil national de l'Ordre s'est alors pourvu devant le Conseil d'État. L'annulation de la radiation a été prononcée le 24 juillet dernier. M. Joyeux devra être rejugé devant l'Ordre des médecins. 

Dans le livre "La Pilule contraceptive" (2013), il exposait les dangers supposés de ce mode de contraception et accusait les autorités médicales d'entretenir le silence à ce sujet, sur fond de soupçons envers les laboratoires pharmaceutiques. 

Manquements à la déontologie médicale

Le Pr Joyeux a mené deux pétitions. L'une s'oppose à "la vaccination massive" des enfants contre les papillomavirus" et aux recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSP) en faveur d'un abaissement de l'âge de la vaccination de 11 ans à 9 ans, en septembre 2014. 

L'autre lancée en mai 2015, réclame la disponibilité du vaccin DTP sans autre valence, clamant que "les Français sont piégés par la loi et les laboratoires"

Selon l'Ordre, le Pr Joyeux manque à un article du code de déontologie et de santé publique selon lequel "le médecin apporte son concours à l'action entreprise par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé et de l'éducation sanitaire". Autre article qu'il ne respecte pas selon l'Ordre des médecins, celui qui dit que "le médecin qui participe à une action d'information du public (...) doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public".

Il se défend d'être opposé à la vaccination 

Le Pr Joyeux a également soutenu la thèse selon laquelle un lien existerait entre le vaccin contre la rougeole (ROR) et l'autisme. Une étude scientifique danoise a pourtant prouvé le contraire.

À l'aise en public, il multiplie les conférences et débat pour dénoncer ce qu'il appelle la "dictature vaccinale". Cancérologue et spécialiste en chirurgie viscérale, Henri Joyeux s'est d'abord fait connaître du grand public par des conseils de diététique et d'hygiène de vie, détaillés dans de nombreux livres. 

Contre la pilule contraceptive ? 

Il a présidé de 2001 à 2013 l'association Familles de France, réputée conservatrice. L'ex-ministre de la Santé de l'époque, Marisol Touraine, avait évoqué par le passé  :

Un médecin qui s'est déclaré contre la pilule, contre l'avortement, qui a pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets. 

Lié à l'association IPSN (Institut pour la protection de la santé naturelle), il a été épinglé par le passé pour sa proximité avec un site internet de médecines "alternatives" à vocation commerciale.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.