Et si en 2021 nous prenions la résolution d'avoir des usages plus modestes de la technologie ? L'enjeu est de taille car le secteur est en plein boom, alors qu'il nous faut freiner nos impacts environnementaux. Comment faire ? Voici 3 conseils ultra simples et un quiz pour comprendre.

La fabrication d'équipements connectés génèrent des milliards de tonnes de CO2
La fabrication d'équipements connectés génèrent des milliards de tonnes de CO2 © Getty / .

Tous connectés, avec des flux de plus en plus rapides ? Est-ce la promesse de 2021, alors que la 5G va se déployer, que le télétravail se généralise, avec son cortège de messages WhatsApp et de réunions en visio, et que décidément l'offre culturelle reste prisonnière du streaming ? Cette généralisation de la vie connectée pour tous est synonyme aussi de pollution, car le monde numérique a aussi sa part, dans les émissions de gaz à effet de serre notamment : quelques pour cent (pour l'instant, 3 à 4%) que l'on devrait voir doubler en quelques années seulement.  Et la raison pour laquelle ONG comme organismes publics incitent à la frugalité. 

L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a fait un certain nombre de recommandations à adresser aux entreprises, comme transférer massivement les réseaux de téléphone fixes du cuivre vers la fibre optique, supprimer les réseaux de 2 et 3G, favoriser des conceptions plus écologiques des appareils et des applications. 

Mais au niveau des particuliers, que pouvons-nous faire vraiment ?

1. Ne pas acheter de matériel neuf

La première recommandation est de ne pas se lancer dans des achats d'appareils, smartphones ou ordinateurs. Leur fabrication est la principale source de pollution dans le cycle fabrication-usages du numérique, et source de maltraitances humaines. On peut acheter d'occasion ou même louer pour un usage de courte période. Pensez aussi à revendre ou donner vos vieux téléphones, ils deviendront de bonnes occasions. 

2. Conserver les smartphones et ordinateurs le plus longtemps possible

Étonnant de voir que la majorité des Français remplacent leurs smartphones alors qu'ils fonctionnement encore. Leurs composants sont solides, seules les batteries et écrans de verre sont plus fragiles. Nos appareils sont réparables, et les constructeurs sont désormais incités à indiquer un indice de réparabilité. 

3. Éviter l'envoi et la conservation de fichiers très lourds 

Ce conseil est souvent donné, il n'est pas inutile, loin de là, mais ce n'est pas en le suivant que vous ferez massivement pencher la balance en faveur de la planète et de sa biodiversité. Vous pouvez vous contenter du point n°1 de cette liste pour devenir un vrai bienfaiteur et une vraie bonne fée de l'environnement.

Pour savoir comment se comporter, mieux vaut être informé correctement, voici donc un quiz avec 10 questions sur l'empreinte environnementale de nos usages numériques.