400 personnes se sont réunies dans le silence pour Moussa, un adolescent de 14 ans a été tué et un autre jeune a été légèrement blessé dans une fusillade ce vendredi 1er mai à Trappes dans les Yvelines. Une marche blanche est aussi prévue lundi.

Les coups de feu ont éclaté à 15h30 au square Albert-Camus où une douzaine de douilles ont été retrouvées, vendredi 1er mai. Les auteurs des tirs, on ne sait pas encore combien ils étaient, ont pris la fuite en voiture avant d’abandonner et de bruler leur véhicule. Les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles les recherchent pour assassinat et complicité d’assassinat, car leur tir, qui ne visait a priori personne précisemment, ont malheureusement atteint le jeune Moussa, 14 ans, mort des suites d’un tir dans l’abdomen.

Il ne faisait pas partie des gangs.

Et ce drame pourrait remettre le feu à cette banlieue populaire de Paris, déjà le théâtre d’affrontements entre bandes rivales depuis quelques semaines. Ce samedi, les riverains sont inquiets. Ils craignent une guerre des gangs. Surtout que la mort de Moussa est vue comme une injustice pour beaucoup. "Un jeune sans histoire tué pour rien, un innocent" raconte un témoin. Effectivement, Moussa n’était pas connu des services de police.

Les amis, les copains vont dire vengeance ?

Mohamed Kamli, s’inquiète d’autant plus. Le président du collectif citoyen de Trappes envisage le pire. "Les amis et les copains du quartier vont dire "vengeance". Et de l’autre côté, ils sont prêts. Alors qu’est-ce qu’il va se passer ? Il y aura encore d’autres morts !" Cet ancien opposant à la mairie, ne voit plus de solution. En attendant, pour éviter de nouveaux échauffourées, une compagnie de CRS et les policiers de la BAC ont passé la nuit sur place et devraient rester à Trappes tout le week-end. Un rassemblement spontané a été organisé en début d'après-midi ce samedi. Une marche blanche pour Moussa est aussi prévue lundi.

Ecoutez les réactions des habitants de Trappes rencontrés par Benjamin Illy >

1'20

Benjamin Illy est allé à la rencontre des habitants inquiets de Trappes.

Trappes
Trappes © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.