Pour eux, l'institut sous-évalue la population de leurs communes. Plusieurs maires remettent en question les méthodes de calcul de l'INSEE qui plombent leurs budgets.

Illustration recensement.
Illustration recensement. © Maxppp / Sébastien Jarry

Alors que l'INSEE dévoilait ce mardi son recensement pour l'année 2016 (66,9 millions d'habitants en France, +0,4%), et que celui pour l'année 2017 commence jeudi, plusieurs maires en contestent l'exactitude. Selon eux, l'échantillon de 8% de la population recensée chaque année dans les communes de plus de 10 000 habitants est trop faible. Le maire de Versailles (DVD), pointe notamment le fait que le recensement n'est pas forcément effectué dans les nouveaux immeubles. «Depuis maintenant huit ans que je suis maire, nous construisons beaucoup, assure François de Mazières, mais les données de l'INSEE contredisent cela en nous rapportant plutôt une baisse de la population ou une très légère progression ».

Un mauvais calcul qui troue le budget des communes

Il y aurait 87 550 habitants à Versailles selon l'INSEE, ce qui n'est pas assez selon le maire qui affirme par exemple avoir vu 5.000 nouveaux administrés sur les listes électorales ou encore une progression sensible des données fiscales. Or cela représente un gros manque à gagner pour sa commune : « Si l'on considère que chaque habitant supplémentaire rapporte 120 euros de plus au titre des dotations globales de financement données par l’État aux villes, explique François de Mazières, on perd 600 000 euros ! ».

Une commune sans recensement

En Saône-et-Loire, à Autun, le maire Rémy Rebeyrotte (DVG) tient le même discours. Il a prévu de bientôt rencontrer le directeur régional de l'INSEE pour l'interpeller sur le RIL, le répertoire d'immeubles localisés sur lequel se base l'INSEE pour envoyer les agents recenseurs.

À Issoudun dans l'Indre, le maire a lui carrément refusé de faire le recensement cette année. L'INSEE calculera donc le nombre d'habitants en fonction de ses dernières statistiques, alors que la population n'a jamais cessé de baisser ces dernières années.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.