INFO FRANCE INTER - Le Premier ministre va dévoiler mercredi midi les détails de la réforme des retraites, après 18 mois de concertation. Les premiers arbitrages ont filtré cette nuit, comme l'année de mise en place du nouveau système ou la première génération concernée.

Le Premier ministre Édouard Philippe sur les bancs de l'Assemblée Nationale (novembre 2019)
Le Premier ministre Édouard Philippe sur les bancs de l'Assemblée Nationale (novembre 2019) © AFP / DOMINIQUE FAGET

Édouard Philippe a prévenu : il n'y aura "pas d'annonces magiques" ce mercredi. France Inter a pris connaissance de quelques-uns des arbitrages décidés mardi soir lors d'une réunion à l'Élysée. Voici les arbitrages que va annoncer le Premier ministre mercredi devant le Conseil économique, social et environnemental. 

Principale nouvelle : la bascule de cette réforme des retraites ne se fera pas pour la génération 1963, mais elle sera finalement mise en œuvre pour la génération 1975, en 2025. Seront donc concernés ceux qui auront 50 ans au 1er janvier 2025. La date été actée cette nuit par Emmanuel Macron qui a rassemblé jusque tard les ministres impliqués et les cadres de la majorité. 

Un âge pivot à 64 ans

Deuxième annonce importante: l'âge légal de départ ne sera pas modifié, mais les personnes seront tout de même incitées à travailler plus longtemps. Il y aura un âge pivot à 64 ans d'ici 2027, avec une montée en charge à partir de 2022.

Par ailleurs, d'après les informations recueillies par France Inter : 

  • Les jeunes de 18 ans, eux, entreront dans le nouveau système à compter du 1er janvier 2022 
  • C'est à cette même date que sera également enclenchée la retraite à taux plein minimum à 1000 euros
  • Certaines catégories auront plusieurs années pour rebâtir leurs carrières, à l'aide notamment de primes proposées, pour ne pas être perdantes, précise l'un des participants au dîner de mardi soir à l'Élysée : il s'agit notamment des enseignants, des personnels soignants et des policiers,

Devant ses ministres, Emmanuel Macron a tenu à résumer le sens profond d'une réforme qu"il juge "juste et historique". Le président de la République a expliqué ainsi vouloir "redonner de la vraie solidarité là où dans les faits, le corporatisme l'avait emporté".

Par ailleurs, selon BFM TV, les salariés des régimes spéciaux, de la RATP et de la SNCF, pourraient n'être concernés par la réforme qu'à partir de la génération née en 1985, soit dix ans plus tard que les autres salariés, comme l'a confirmé Gilles Legendre sur France Inter, mercredi matin.  "Pour faire converger 42 régimes faire un régime unique, il faut que nous tenions compte des spécificités et des variétés qui sont énormes (...) avec des calendriers différents et des mesures différentes pour que personne ne soit lésé dans cette réforme", a précisé le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. 

Le projet de loi devant l'Assemblée avant les municipales ? 

Le projet complet sera donc présenté à midi par le Premier ministre mercredi, y compris les éventuelles concessions que le gouvernement accordera aux partenaires sociaux. L'objectif général de la réforme est de fondre les 42 régimes de retraites actuels (régime général, de la fonction publique, du privé, des autonomes, les complémentaires et les régimes spéciaux) en un seul et unique système universel par points. 

L'enjeu est de taille pour l'exécutif, après six jours de grève et des transports publics complètement bouchés, particulièrement en Île-de-France. Jeudi 5 décembre, les syndicats ont rassemblé plus de 800 000 manifestants selon le ministère de l'Intérieur. La deuxième journée de mobilisation contre le projet, mardi, s'est soldée par une participation en retrait par rapport aux premières manifestations.

Le projet de loi pourrait être voté "en première lecture à l'Assemblée nationale avant les élections municipales", c'est en tout cas le souhait de Gilles Legendre, patron des députés LREM : "Ce qui est essentiel c'est que nous démarrions vite, cela veut dire un projet de loi qui vienne rapidement au Parlement".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.