L'éditeur de jeux vidéo français, Ubisoft, était depuis plusieurs semaines sous le feu d'allégations dénonçant une culture sexiste et des agressions sexuelles. La direction annonce aujourd'hui trois limogeages et des changements de culture d'entreprise.

Ubisoft a lancé un audit interne pour analyser les failles de son organisation internet
Ubisoft a lancé un audit interne pour analyser les failles de son organisation internet © Radio France / Xavier Grumeau

Exit le numéro deux, la DRH et le chef de l'unité canadienne : l'éditeur de jeux vidéo français Ubisoft, au cœur d'un scandale d'agressions et de harcèlement, a annoncé un remaniement spectaculaire de sa direction et promis des "changements majeurs dans sa culture d'entreprise".
Ces départs "font suite à un examen rigoureux que la société a mené en réponse aux récentes allégations et accusations de mauvaise conduite et de comportements inappropriés", a indiqué Ubisoft dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche.
Précisément, le numéro deux "Serge Hascoët a choisi de démissionner de son poste de Chief creative officer, avec effet immédiat. Ce rôle sera assumé dans l'intérim par Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft", a souligné l'entreprise, qui avait annoncé le 26 juin enquêter sur des allégations de violence et de harcèlement visant des cadres dans plusieurs pays.
"Ubisoft n'a pas été en mesure de garantir à ses collaborateurs un environnement de travail sûr et inclusif", a regretté Yves Guillemot, cité dans le communiqué diffusé tôt  ce dimanche matin.
"Ce n'est pas acceptable. Tout comportement toxique est en opposition totale avec les valeurs avec lesquelles je n'ai jamais transigé et avec lesquelles je ne transigerai pas", a affirmé le dirigeant.

Yves Guillemot "supervisera personnellement une refonte complète du mode de collaboration des équipes créatives", a promis Ubisoft, qui parmi ses franchises à succès, compte les séries "Assassin's Creed", "Far Cry", "Rayman" ou encore "The Crew".

En l'espèce, "Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d'Ubisoft, quitte ses fonctions et la société avec effet immédiat. Les récentes allégations apparues au Canada à l'encontre de nombreux salariés ne lui permettent pas de continuer à assurer ses responsabilités", a détaillé l'entreprise.
En outre, "Ubisoft va nommer un nouveau responsable monde des ressources humaines, en remplacement de Cécile Cornet, qui a décidé de démissionner de ce poste et ce dans l'intérêt de l'unité du groupe".

Opérer un changement de culture d'entreprise

L'entreprise, qui compte 18.000 salariés dans le monde, dont 22% de femmes, "a également décidé de restructurer et renforcer la fonction ressources humaines" et va faire "auditer et améliorer ses procédures et politiques" en la matière, a-t-elle assuré.

Comme France Inter l'indiquait le 26 juin dernier, sur les réseaux sociaux (et dans certains médias), des témoignages ciblant des figures de l’industrie s'étaient multipliaient ces dernières semaines. Ces témoignages visaient des cadres des studios de Toronto et Montréal, mais aussi au Brésil, en Bulgarie et aux Etats-Unis, et concernaient parfois des faits remontant à plusieurs années.

Une ex-employée expliquait qu'un collègue lui avait demandé une fellation lors d'une soirée alors qu'elle travaillait encore à son bureau, d'autres relataient que tel directeur créatif du studio de Montréal avait "léché le visage" d'une collaboratrice lors d'une fête d'entreprise.

Les départs de Serge Hascoët et Cécile Cornet avaient été réclamés samedi par la section syndicale Solidaires Informatique d'Ubisoft, dans un tract en ligne reprenant des témoignages d'employés parus en particulier dans l'édition de samedi du quotidien français Libération.

Le 4 juillet, Yves Guillemot avait annoncé la démission d'un vice-président et la mise à pied d'un autre pour "comportements inappropriés", après avoir promis la veille un "changement structurel" au sein de l'entreprise.
"Je suis plus que jamais déterminé à mettre en oeuvre des changements profonds afin d'améliorer et renforcer notre culture d'entreprise", a juré le PDG dimanche.
"J'attends de tous les managers du groupe qu'ils accompagnent leurs équipes avec le plus grand respect. J'attends également d'eux qu'ils s’attellent à mener ce changement nécessaire, avec comme ligne de conduite ce qui est le mieux pour Ubisoft et tous ses collaborateurs", a conclu Yves Guillemot.

Ubisoft fait face à une libération de la parole, un Me too du monde des jeux vidéos, pour dénoncer une culture sexiste et une forme d’omerta qui pourrait ne pas concerner que le leader français. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.