Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education.
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education. © MaxPPP / Pierre Augros

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation, a présenté les nouvelles mesures qui visent à mieux contrôler les établissements privés hors contrat et l'instruction en famille.

L'enseignement privé hors-contrat et l'instruction en famille ne représente qu'1 % des enfants en âge d'être scolarisés. Un chiffre dérisoire, mais qui s'avère en augmentation. Soit parce que les parents recherchent des formes alternatives d'enseignement, soit pour des raisons religieuses. Najat Vallaud-Belkacem compte durcir les conditions d'ouverture de ce type d'établissement.

On ouvre plus facilement une école aujourd'hui qu'on ouvre un restaurant ou un bar. Est-ce que le projet du droit à l'éducation serait si peu précieux pour que l'on accepte ça. On ne peut pas l'accepter.

Cinq écoles privées hors-contrat bientôt jugées

Actuellement, les écoles privées hors-contrat doivent simplement se déclarer en mairie. Bientôt, elles devront faire une demande d'autorisation quatre mois avant leur ouverture . C'est-à-dire que pour ouvrir en septembre, la demande devra être déposée au plus tard fin avril. Une façon de mieux contrôler l'enseignement hors-contrat, et ce, dès la rentrée 2017.

On passe d'un régime de simples déclarations auquel on pouvait à peine s'opposer, nous, les pouvoirs publics, et du coup, on était mis devant le fait accompli à un régime d'autorisation et on prend le temps d'instruire les dossiers et de ne pas être d'accord, si besoin évidemment, pour des motifs légitimes qui sont des motifs pédagogiques et des motifs de valeurs républicaines.

Un changement motivé par le résultat des contrôles inopinés effectués dans une vingtaine d'écoles hors contrat, cette année, par le ministère de l'Éducation. L'instance a décidé de saisir la justice pour cinq d'entre elles, en raison de graves lacunes pédagogiques. En revanche, aucun phénomène de radicalisation n'a été pointé.

L'instruction en famille : les parents et la Fondation pour l'école réagissent

Concernant l'instruction en famille, 2/3 seulement des enfants sont inspectés chaque année. Les contrôles seront donc renforcés avec plus de moyens humains et les modalités de contrôles devraient être clarifiées, mais les familles les contestent. C'est le cas de Valérie Vincent qui a 7 enfants, instruits à la maison.

Si effectivement, on est contre ce principe d'évaluation, si les inspecteurs viennent et font des tests à nos enfants, il peut y avoir justement un non-respect de la liberté pédagogique. Je suis contre ça, contre ses exercices oraux ou écrits qu'on veut nous imposer. Là, il fait, ils vont faire des contrôles comme les enfants qui vont à l'école et nous si on ne va pas à l'école, ce n'est pas pour que nos enfants soient évalués comme à l'école.

La Fondation pour l'école a également réagi sur les réseaux sociaux

►►► ALLER PLUS LOIN| Site de la Fondation pour l'école et l'annuaire en ligne des écoles indépendantes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.