Alors que les services d'urgence manifestent déjà ce mercredi, après le plan de refondation présenté par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, de nombreux autres mouvements s'organisent et multiplient les rendez-vous pour descendre dans la rue dans les prochaines semaines.

Manifestation intersyndicale le 9 mai 2019 à Paris
Manifestation intersyndicale le 9 mai 2019 à Paris © AFP / Riccardo Milani / Hans Lucas

Policiers, gilets jaunes, urgentistes, pilotes de lignes, salariés d'EDF : ils sont nombreux à avoir calé la date de leur cortège dans leur agenda de septembre, pour manifester contre plusieurs mesures avancées par le gouvernement, qui s'attaque ces jours-ci à des réformes épineuses. Retraites, loi bioéthique, réorganisation d'EDF, de la Direction générale des finances publiques ou encore reprise du mouvement des "gilets jaunes" : la rentrée sociale se fera dans la rue, et sous tension, quasiment deux fois par semaine.

Mercredi 11 septembre : hôpitaux et services d'urgences

Les hôpitaux publics et privés défilent ce mercredi, pas convaincus par le plan de refondation des urgences formulé par la ministre Agnès Buzyn, qui a pourtant promis d'ici à 2022 "plus de 750 millions d'euros" puisés dans des crédits existants. le compte n'y est pas pour le collectif Inter-Urgences, à l'origine d'une grève inédite par sa durée - bientôt six mois - et son ampleur - 250 services d'urgence à ce jour.

Vendredi 13 septembre : Journée noire dans les transports en Ile-de-France

Les syndicats de la RATP, l'Unsa, la CGT et Sud ont lancé un appel à la grève contre la réforme des retraites, qui prévoit de réformer les services spéciaux, dont celui de la RATP. Le mouvement s’annonce très suivi ce vendredi , avec des lignes de métro purement et simplement fermées, d'autres limitées aux heures de pointes, comme les RER A et B. Les prévisions de trafic dans le détail seront communiquées mercredi vers 18 heures par la RATP.

Lundi 16 septembre : avocats, médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, pilotes, hôtesses ou stewards...

Les membres du collectif SOS Retraites (avocats, médecins, pilotes, hôtesses ou stewards  mais aussi infirmiers, kinésithérapeutes...) se mobilisent sur les conséquences des propositions de Jean-Paul Delevoye, dont le texte sur la réforme des retraites prévoit de s'attaquer aux régimes autonomes. Le même jour, les fonctionnaires de la direction générale des Finances publiques battront aussi le pavé à l'appel de plusieurs syndicats, contre la réforme de leur administration prévue elle aussi par le gouvernement.

Jeudi 19 septembre : contre la réorganisation d'EDF

Une grève contre "Hercule", le projet de réorganisation d'EDF. Les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT et FO, qui redoutent "la casse du groupe" public, prévoient également des manifestations en province et à Paris. À la demande du président Emmanuel Macron, la direction d'EDF doit faire des propositions de restructuration d'ici à la fin de l'année.

Samedi 21 septembre : Force Ouvrière

C'est le jour de Force ouvrière contre la réforme des retraites, avec une manifestation nationale à Paris. Ce rassemblement pendant le week-end sera "une première étape" pour s'opposer au projet de régime universel, avait souligné en juillet le secrétaire général du syndicat, Yves Veyrier. "S'il le faut", FO appellera aussi à "cesser le travail", avait-il prévenu peu après la publication des préconisations du haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye.

Mardi 24 septembre : la CGT

La confédération "appelle à la mobilisation partout en France" contre la réforme des retraites "pour obliger le gouvernement à renoncer à son projet" de "régression sociale". Une "réforme Delevoye/Macron" qui "ne ferait que des perdants", accuse la CGT.  La confédération a obtenu le renfort de SUD-Rail. Le troisième syndicat de la SNCF appelle à faire grève et manifestera "avec la CGT".

Mercredi 2 octobre : "Marche de la colère" pour les policiers

L'ensemble des syndicats de police ont lancé un appel à une "marche nationale de la colère" le 2 octobre à Paris, une première depuis plus de quinze ans et un "premier avertissement" à l'attention de l'Élysée. Un appel "historique", selon le syndicat Alliance, à l'initiative de l'appel.

Dimanche 6 octobre : Les anti-PMA dans la rue

Une vingtaine d'associations opposées à l'extension de la PMA ont annoncé une manifestation de protestation ce jour-là à Paris, contre ce volet de la réforme de la loi bioéthique avancé par le gouvernement. Certains ténors de la droite ou de l'extrême-droite, comme Jordan Bardella, assurent néanmoins qu'ils ne seront pas la rue, puisque le débat, selon l'eurodéputé RN, "doit se faire à l'Assemblée".

Jusqu'à fin octobre

Mobilisés depuis fin juin, les pompiers professionnels ont prolongé leur mouvement de grève jusqu'à fin octobre. Ils dénoncent les "sous-effectifs, sur-sollicitations professionnelles et violences" à leur encontre. Le service minimum continuera d'être assuré. Une manifestation nationale devrait avoir lieu en octobre.

Samedis jaunes

La mobilisation des "gilets jaunes" s'est dégonflée cet été mais ils étaient toujours quelques centaines à défiler chaque samedi des vacances, dans toute la France. Ils ont promis un "septembre noir" au gouvernement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.