Les béninois attendent avec impatience le retour des 26 œuvres d'art pillées par les troupes coloniales françaises en 1892. Mais le musée n'est pas encore construit. Le Bénin demande donc à la France de garder un peu plus longtemps les objets mais Paris veut une restitution rapide.

26 objets d'art détenus par la France vont être restitués au Bénin
26 objets d'art détenus par la France vont être restitués au Bénin © AFP / GERARD JULIEN

En novembre dernier, le chef de l'État a pris de court les autorités béninoises. Emmanuel Macron a promis la restitution des 26 œuvres d'art réclamées par le Bénin, après la remise d'un rapport de deux universitaires sur les œuvres d'art africaines qui font partie des collections publiques françaises. 

Selon ce rapport, l’inventaire des 80 000 objets d’art d’Afrique Subsaharienne détenus par les musées français a commencé au printemps 2019. 

Cotonou a alors salué le "courage" de la France et cette avancée historique. Le ministre de la culture, Franck Riester a annoncé en juillet dernier vouloir un retour "rapide" de ces objets du royaume de Dahomey, qui est devenu le Bénin. Pour le ministre, "ces totems et autres sceptres royaux, si attendus en Afrique, doivent pouvoir être vus, admirés et étudiés au Bénin". 

Mais le Bénin temporise. Le calendrier risque fort de ne pas être tenu. Le pays estime ne pas être en mesure de les conserver dans des conditions optimales. 

"À la proposition française, notre réponse c'est : patience, gardez-les encore un petit peu le temps que nous soyons vraiment prêts", a déclaré à l'AFP José Pliya, directeur de l'Agence nationale de promotion des Patrimoines et du Tourisme (ANPT) béninoise.

"Ce retour est tellement fort, on veut vraiment bien faire les choses"

Pour José Pliya "ce retour est tellement fort" que le pays "veut vraiment bien faire les choses". Pour accueillir les objets d'art, le Bénin prévoit de construire un nouveau musée, au sein de l'enceinte des palais d'Abomey, l’ancienne capitale du royaume du Dahomey. C'est à cet endroit que les œuvres ont été pillées par les troupes coloniales françaises en 1892. 

Mais la pose de la première pierre n'est pas prévue avant la fin de l’année et les travaux devraient s'échelonner sur deux ans. Le Bénin devait attendre l'accord de l'Unesco pour la construction du musée dans les palais d'Abomey. 

"Les travaux vont commencer au quatrième trimestre de cette année et la durée des travaux sera de deux ans. Donc pour nous, le retour de ces objets (est prévu) pour l'inauguration de ce musée à l'automne 2021", explique le directeur de l'ANPT. Cotonou demande donc à Paris de garder les œuvres en attendant la fin des travaux. 

Le nouveau musée sera dans l’enceinte des palais d’Abomey au Bénin
Le nouveau musée sera dans l’enceinte des palais d’Abomey au Bénin © AFP / Yanick Folly

La Saison des cultures africaines en France

Mais le président français est plutôt impatient. Un des acteurs des négociations a déclaré à l'AFP, "Patrice Talon (le président béninois) a déjà gagné en ayant obtenu l'accord de la France" mais "pour Emmanuel Macron il faut vraiment avoir quelque chose d'ici un an".

Et pour cause, dans quelques mois, en 2020 doit avoir lieu la Saison des cultures africaines en France, la "Africa 2020". Un événement annoncé par Emmanuel Macron lors de sa visite au Burkina-Faso en juillet 2018. 

Ces 26 objets sacrés du patrimoine béninois pillés par les troupes coloniales françaises devront donc attendre encore un peu au musée du Quai Branly avant de retourner au Bénin.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.