Des députés réclament dans une tribune parue mercredi le retour d’une fiscalité carbone, point de départ de la colère des "gilets jaunes". "Ils sont sourds", "ils veulent la révolution", réagissent des "gilets jaunes" sur Facebook.

Les "gilets jaunes" sont majoritairement contre un éventuel retour d'une fiscalité carbone.
Les "gilets jaunes" sont majoritairement contre un éventuel retour d'une fiscalité carbone. © AFP / Raymond Roig

86 députés de plusieurs groupes politiques (dont La République en marche) ont signé mercredi une tribune réclamant le retour d’une “fiscalité carbone juste socialement”, assurant qu’ils ne défendaient pas “le retour de la la taxe carbone” telle qu’elle était envisagée avant la mobilisation des “gilets jaunes”. Mercredi, en conseil des ministres, Emmanuel Macron a tué l'idée dans l’œuf : le chef de l'État "ne veut pas" d'une nouvelle hausse de la fiscalité. 

“Incroyable, ils comptent remettre la taxe carbone”

Sur les groupes Facebook de “gilets jaunes”, les réactions n'ont en tout cas pas tardé. Beaucoup ont partagé et commenté depuis mardi soir des articles concernant cette tribune. Ils se disent “dégoûtés”, “trahis”. “Incroyable, ils comptent remettre la taxe carbone” s’insurge Jean-Daniel dans un post du groupe La France en colère, fondé par Éric Drouet. “Ils veulent vraiment la révolution” conclut-il. Dans les commentaires, il y en a plusieurs centaines, Nicolas estime “qu’ils” (les députés et le gouvernement) “attendent que ça passe” : “Tout le monde a voulu faire des gentilles manifs mais le résultat c’est juste qu’ils n’en ont plus rien à foutre de nous”.

Un post Facebook publié mardi soir sur l'un des plus populaires groupes Facebook de "gilets jaunes".
Un post Facebook publié mardi soir sur l'un des plus populaires groupes Facebook de "gilets jaunes". / Capture d'écran Facebook

"Il faut tout bloquer. À samedi, pas le choix"

Beaucoup des “gilets jaunes” présents dans ces groupes parlent de leur volonté à continuer les manifestations chaque samedi tandis que d’autres vont plus loin : “Il faut tout bloquer. Et quand je dis tout, c’est tout” écrit Daniel. “À samedi, pas le choix” dit encore Véronique.

Ce que regrettent la plupart des membres de ces groupes Facebook c’est de ne pas être écoutés par ces députés. “Ils sont sourds ! Le grand débat, idem, c’est lui (Emmanuel Macron, NDLR) qui parle, qui décidera, bref le Prince !”. “Ils n'ont rien compris, ils attendent que les GJ soient rentrés, ou en tôle, ou blessés, pour recommencer leurs réformes là où ils les ont laissées” regrette Emmanuel. “Le grand débat est une piqûre d'antalgique avant de couper ce qu'il nous reste”. Josette ne veut pas se laisser faire : “Ils nous roulent, du moins ils essaient, dans la farine et ils croient qu'on va marcher ?

Plusieurs réactions Facebook à un éventuel retour de la taxe carbone.
Plusieurs réactions Facebook à un éventuel retour de la taxe carbone. / Capture d'écran Facebook

Certains “gilets jaunes” apportent dans ces groupes quelques propositions, la principale étant de taxer les “gros pollueurs” : selon eux, les compagnies aériennes, de croisières ou les porte-conteneurs. D’autres estiment que “l’argent récolté ne va même pas à la transition écologique”.

► À LIRE AUSSI | Fabien Roussel, secrétaire national du PCF : "Si j'avais demandé le retour d'une taxe ç'aurait été celui de l'ISF"

Jacline Moureau : “Ils vont finir par avoir la guerre civile en France”

De son coté, Jacline Moureau qui avait dénoncé cette fiscalité carbone, en novembre 2018, dans une vidéo vue des centaines de milliers de fois qui avait participé à lancer le mouvement des "gilets jaunes" a réagit au micro de France Inter. Elle estime que les députés signataires de la tribune ne se rendent pas compte de la colère des Français. “Je suis très étonnée. Visiblement, ces députés n’ont pas dû comprendre ce qu’il vient de se passer” dit-elle. “Avec une tribune comme ça, ils vont finir par avoir la guerre civile en France” assène-t-elle, estimant, elle aussi, que ce ne sont pas les voitures particulières qu’il faut faire payer : “Franchement, qui pollue le plus ? Les voitures ou les cargos qui arrivent dans les grands ports, ou les avions, les yachts, les bateaux de croisière. La taxe carbone c’est là qu'elle doit s’appliquer”.

"Tout sauf le retour de la taxe carbone telle qu'elle était prévue"

"Cette tribune c'est tout sauf le retour de la taxe carbone comme elle était prévue" a expliqué à France Inter Matthieu Orphelin, l'un des signataires, qui a quitté le groupe La République en marche à l'Assemblée la semaine dernière. Il explique vouloir discuter dans le cadre du grand débat. "C'est pas forcément une taxe en plus, ça peut être une fiscalité différenciée, ça peut être des bonus-malus, des baisses de taxes par exemple sur les transports en commun, par exemple sur la réparation de vélos ou d'autres modes de déplacement alternatif à la voiture et tout ce qui peut favoriser les comportements qui vont dans le sens de la transition", détaille-t-il. Parmi les autres signataires, on trouve tout de même des élus de la majorité, comme Cédric Villani, Barbara Pompili ou Joël Giraud, qui assurent entendre les Français et trouvent “légitimes” leurs critiques sur la fiscalité carbone. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.