Lavage des mains très régulier, prise de la température avant d’aller à l’école, port du masque pour les personnels, distanciation et désinfection des locaux : l’Éducation nationale a dévoilé la version définitive de son protocole pour l’accueil des élèves volontaires dans les écoles, à partir du 11 mai.

Si les lieux ont été fréquentés dans les cinq jours, même partiellement, par précaution, un nettoyage habituel et une désinfection doivent avoir lieu selon un protocole de "nettoyage approfondi".
Si les lieux ont été fréquentés dans les cinq jours, même partiellement, par précaution, un nettoyage habituel et une désinfection doivent avoir lieu selon un protocole de "nettoyage approfondi". © Maxppp / PhotoPQR / Sébastien Botella

C'est un protocole attendu par tout le monde : élèves, parents, enseignants. Du lavage de mains à répétition au port du masque obligatoire ou recommandé, en passant par les récréations échelonnées, des règles d'hygiène très strictes régissent la version définitive du protocole sanitaire, rendu public dimanche par le ministère de l'Éducation nationale, et qui encadrera, dès le 11 mai, la réouverture d'une partie des écoles. Il concerne les maternelles et élémentaires qui doivent rouvrir "sur la base du volontariat" mais un autre protocole, similaire, s'appliquera aux niveaux supérieurs, dès qu'ils seront concernés. Voici le détail de ce plan, largement inspiré des préconisations du conseil scientifique.

Avant l'école, lavage des mains et température

Avant d'emmener les enfants à l'école, les parents sont invités à leur prendre la température de leur enfant. En cas de symptôme ou de fièvre (37,8°C ou plus) l'enfant ne doit pas se rendre à l'école. Les personnels et enseignants doivent procéder de la même manière.

L'arrivée et le départ à l'école peuvent être étalés dans le temps. Dans les établissements, l'objectif est de "limiter les croisements entre élèves de classes différentes ou de niveaux différents".

En classe et dans les locaux, distanciation et gestes barrières

  • Distanciation physique : un mètre d'écart

Les salles de classe doivent être organisées de manière à respecter une distance d'au moins un mètre entre les tables et entre les tables et le bureau du professeur (soit environ 4m² par élève, à l'exception de ceux placés contre un mur, une fenêtre, une bibliothèque, etc.). Dans les conditions idéales, "une salle de 50m² doit permettre d'accueillir 16 personnes", estime le ministère de l'Éducation.

Ce principe doit pouvoir être décliné dans tous les contextes et espaces (arrivée et abords de l'école, récréation, couloirs, préau, restauration scolaire, sanitaires...). 

Dans le second degré, il est recommandé de privilégier le déplacement des professeurs plutôt que celui des élèves et donc d'attribuer une salle à une classe.

  • Port du masque : là où la distanciation est impossible

Pour les personnels, les autorités sanitaires recommandent le port du masque anti-projection, également appelé masque "grand public". Le ministère mettra à disposition de ses agents en contact direct avec les élèves deux masques par jour. Le port du masque est "obligatoire dans toutes les situations où les règles de distanciation risquent de ne pas être respectées". Il est "recommandé" dans toutes les autres situations.

Pour les élèves des écoles maternelles, il est "à proscrire". Pour ceux des écoles élémentaires, il n'est pas recommandé mais les enfants peuvent en être équipés s'ils le souhaitent et s'ils sont en mesure de le porter sans risque de mauvais usage. Dans le second degré, le port du masque est là aussi obligatoire lorsque les règles de distanciations risquent de ne pas pouvoir être appliquées.

Lorsqu'ils seront accessibles aisément à l'ensemble de la population, les parents devront équiper leurs enfants. En attendant, le ministère de l'Education va en fournir aux collèges et lycées.

  • Gestes barrières : ne pas baisser la garde

Les gestes barrières doivent être appliqués "en permanence, partout et par tout le monde", insiste le ministère. Le lavage des mains à l'eau et au savon doit être réalisé "a minima à l'arrivée dans l'école, avant de rentrer en classe, notamment après les récréations, avant et après chaque repas, avant d'aller aux toilettes et après y être allé, après s'être mouché, avoir toussé, avoir éternué, le soir avant de rentrer chez soi et dès l'arrivée au domicile".

A défaut, l'utilisation d'une solution hydro-alcoolique peut être envisagée.

  • Désinfection des locaux : fréquemment et pendant dix minutes

L'aération des locaux doit être fréquemment réalisée et durer au moins dix minutes à chaque fois. Si les lieux n'ont pas été fréquentés dans les cinq derniers jours, le protocole habituel de nettoyage suffit.

Si les lieux ont été fréquentés dans les cinq derniers jours, même partiellement, par précaution, un nettoyage habituel et une désinfection doivent avoir lieu selon un protocole de "nettoyage approfondi"

La désinfection des sols et des tables est préconisée au moins une fois par jour et plusieurs fois par jour pour les zones très fréquemment touchées. Les échanges manuels de ballons, jouets, crayons, etc. doivent être "évités ou accompagnés de modalités de désinfection après chaque utilisation".

Pendant la récré, pas "d'échanges d'objets"

Les moments de récréation doivent être organisés par groupes de classes, en tenant compte des recommandations relatives à la distanciation et aux gestes barrière. Il s'agit d'éviter les croisements de classes et d'élèves, en échelonnant les temps de récréation, en évitant les regroupements de niveaux différents, en réduisant les temps de pause en fonction des effectifs ou en indiquant des itinéraires par un fléchage au sol.

Les jeux de contact et de ballon doivent être proscrits, comme "tout ce qui implique des échanges d'objets", ainsi que les structures de jeux dont les surfaces de contact ne peuvent pas être désinfectées. En cas de difficulté d'organisation, les récréations "peuvent être remplacées par des temps de pause en classe à la fin du cours".

Aux WC, le nombre de personnes présentes doit y être limité afin de respecter la distanciation physique. Les urinoirs utilisés doivent être distants d'au moins 1 mètre. Les sanitaires doivent pouvoir permettre en permanence aux élèves et au personnel de se laver les mains.

La pause déjeuner, à la cantine ou en classe 

En cas de restauration à la cantine ou au réfectoire, l'organisation du temps et des accès doivent permettre de limiter au maximum les files d'attente et les croisements de groupes d'élèves dans les couloirs. 

En cas d'impossibilité de restauration dans les lieux habituels, la pause déjeuner pourra se faire "en salle de classe sous la surveillance d'un adulte et sous forme de plateaux ou de paniers repas, dans le respect des règles d'hygiène", précise le ministère.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.