Ce samedi, l'Unsa RATP a annoncé qu'elle appelait les employés de la RATP à suspendre la grève. Le trafic reprendra sur 14 des 16 lignes de métro lundi. Mais pas question de lâcher prise : le syndicat annonce que la mobilisation reprendra, peut-être sous "de nouvelles formes"

Les portes de la quasi-totalité des lignes seront rouvertes lundi
Les portes de la quasi-totalité des lignes seront rouvertes lundi © Radio France / Aurélien Accart

"Reprendre des forces" avant la prochaine mobilisation : voilà la raison officielle pour laquelle l'Unsa RATP Pôle Traction, syndicat majoritaire de la régie des transports parisiens, appelle à lever la grève dans la plupart des lignes du métro parisien. Vendredi, dans 12 des 14 assemblées générales de conducteurs (réunies par ligne de métro), la fin de la grève illimitée a été votée. 

RATP : les prévisions de trafic pour le lundi 20 janvier 2019
RATP : les prévisions de trafic pour le lundi 20 janvier 2019 © Visactu / Visactu

À partir de lundi, le trafic doit reprendre sur toutes les lignes de métro ainsi que sur le RER A. La grève illimitée a été maintenue sur trois axes : les lignes 5 et 13 du réseau de métro, et le RER B. Depuis plusieurs jours déjà, le trafic avait progressivement repris des couleurs : ce samedi, le trafic était normal sur 7 des 16 lignes, mais restait perturbé sur les autres, avec des horaires resserrés et des stations fermées. 

Le communiqué du syndicat indique : 

"Après 45 jours de grève, une majorité d'assemblées générales (...) a décidé de réorienter, dès lundi, le mouvement illimité sur une autre forme d'action"

Des raisons pécuniaires

Les raisons de cet arrêt sont, pour beaucoup de grévistes, pécuniaires avant tout. "On peut comprendre que certains collègues aient besoin de se renflouer", explique Laurent Djebali, représentant des conducteurs de métro et de RER à l'Unsa RATP. Mais pas question de lâcher le mouvement : "Dès que les collègues sont prêts, on repart en illimité, en espérant une convergence des luttes", ajoute le représentant syndical.

Dans la ligne de mire notamment : la journée du 24 janvier, jour de la présentation du projet de réforme des retraites en Conseil des ministres, et jour de la prochaine mobilisation nationale contre la réforme. Le communiqué de l'Unsa ne précise pas quelles sont les "autres formes d'action" sur lesquelles le syndicat va se mobiliser. 

Après 45 jours de mobilisation, ce mouvement de grève est d'ores et déjà le plus long conflit social jamais organisé à échelle nationale, plus long que celui de 1995 qui avait duré 22 jours, que celui de 1986 et 1987 à la SNCF (28 jours), et même que les grèves générales de mai 1968, qui avaient duré un peu plus d'un mois. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.