Bruno Poncet, secrétaire fédéral du syndicat SUD Rail, est l'invité du journal de 13h. 15% des trains de banlieue et un TGV sur six en circulation, neuf lignes du métro parisien fermées, les transports restent perturbés ce week-end en raison de la grève. Pour Bruno Poncet, il faut retirer la réforme des retraites.

Bruno Poncet,  secrétaire fédéral SUD-Rail
Bruno Poncet, secrétaire fédéral SUD-Rail © AFP / MICHEL STOUPAK / NURPHOTO

La mobilisation contre la réforme des retraites s'installe dans la durée pour tenter de faire plier le gouvernement.    Une nouvelle épreuve de force est annoncée pour mardi avec une journée grève et de manifestation alors que mercredi, le Premier ministre Edouard Philippe présentera le détail de la réforme. 

En attendant, les usagers auront toujours des difficultés à se déplacer. Ce  week-end le trafic des transports publics reste  très perturbé. Ce matin, la SNCF et la RATP confirmaient leurs prévisions : 15% des trains de banlieue et un TGV sur six en circulation, neuf lignes du métro parisien fermées.    

Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD Rail, a participé à une réunion intersyndicale ce samedi matin. 

FRANCE INTER : Craignez-vous la colère des usagers en poursuivant le mouvement ? 

Bruno Poncet : Je ne crains pas la colère des usagers car on ne fait pas ça que pour nous mais aussi pour eux. 

Que direz-vous lundi lors de la réunion avec Jean-Paul Delevoye et Agnès Buzin ? 

Bruno Poncet : Il n'y a rien à négocier, on n'en veut pas de ce système de retraite à points ; nous on n'en veut pas. On veut qu'Edouard Philippe entende les Français et retire sa réforme. 

Ne souhaitez-vous pas négocier une transition en douceur ? 

Bruno Poncet : Non, il n'est pas question d'une transition en douceur. On veut le retrait. Il n'y a pas de compromis ; 70% des Français refusent la retraite à points. 

On ne gouverne pas un pays avec du marche-ou-crève. Soit Philippe recule,  soit le mouvement va se durcir, il va se prolonger et le pays sera de plus en plus bloqué. 

D'autres syndicats accepteront peut-être un compromis. Que ferez-vous ? 

Bruno Poncet : Le point de de vue de SUD Rail c'est le retrait pur et simple. Il faut demander au gouvernement s'il est prêt à ce que la grève continue. Les gens en ont assez de souffrir, cette grève, c'est le reflet d'une société. Le gouvernement n'écoute pas son peuple, il n'écoute que les grandes fortunes, et regardez le résultat. Les usagers qui prennent les transports sont les gens qui travaillent, qui peinent à boucler les fin de mois, et dont la retraite n’excédera pas 1000 euros. Plus personne ne pourra atteindre ces 1000 euros. 

Lundi, la  cinquième journée de grève, s'annonce difficile.  La SNCF a même recommandé aux usagers franciliens d'éviter les Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) ce jour-là,  l'affluence attendue dans les gares s'annonçant  "très dangereuse".  Alain Krakovitch,  directeur général de SNCF  Transilien estime que "lundi ce sera encore plus difficile, car il n'y aura pas plus de trains ; pour ne pas mettre les clients en danger, nous les incitons à utiliser des moyens de transports alternatifs. Lundi, le trafic sera aussi faible que vendredi". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.