À Nottingham
À Nottingham © REUTERS/Darren Staples TPX IMAGES OF THE DAY

À cinq mois du sommet de Paris sur le climat, les scientifiques cherchent des solutions pour s'adapter au changement climatique. Parmi les solutions présentées aujourd'hui par le Bureau de recherche géologique et minière, la réutilisation des eaux usées.

Les nappes phréatiques se rechargent en hiver. Le changement climatique va assoiffer ces réservoirs en diminuant la recharge de 10 à 50% selon les régions. L'idée c'est donc de capter les eaux à la sortie des stations d'épuration et de ne plus les renvoyer dans les cours d'eau. Nathalie Doerflinger du BRGM :

On va injecter dans le sous-sol et le sous-sol va jouer un rôle de filtre supplémentaire. Cette eau qui sera stockée de manière souterraine pourra être réutilisée lorsqu'on en aura besoin.

Pour le moment, il est interdit d'utiliser des eaux usées pour irriguer les cultures mais l'Europe réfléchit à autoriser cette pratique. Les nappes phréatiques souffrent en été lorsqu'elles sont sollicitées pour arroser les champs. En France les nappes servent aussi à 60% à alimenter les réseaux d'eau potable avant de rejoindre le milieu naturel. À Singapour, l'eau du robinet tourne en circuit fermé.

C'est 90% de l'eau usée qui est traitée et réinjectée en boucle fermée. Quand vous tirez la chasse, c'est de l'eau que vous allez retrouver au robinet après traitement. C'est une eau purifiée sans problème.

Purifiée au point qu'il faut rajouter des sels minéraux avant de la distribuer mais les habitants répugnent tout de même à la boire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.