Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat
Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat © maxppp

Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, prône une baisse de 10 % des péages autoroutiers et la gratuité des réseaux le week-end, alors que les concessionnaires rencontrent le Premier ministre Manuel Valls pour lui signifier leur opposition à l'instauration d'une nouvelle taxe sur les autoroutes.

La semaine dernière, Ségolène Royal a déclaré envisager un nouveau prélèvement sur les bénéfices des autoroutes pour combler le trou laissé par l'abandon de l'écotaxe dans le financement des infrastructures. Ce mardi, elle a précisé quelques pistes, tout en soulignant qu'elles étaient "à discuter".

Puisqu'il y a 20 % de tarifs en trop (...) Je souhaite qu'il y ait une baisse des tarifs d'autoroutes de 10 % avec une gratuité par exemple le week-end. Et sur les 10 % restants, que ça vienne financer le fonds d'investissement sur les infrastructures.

Le ministre des Finances Michel Sapin, qui soulignait la semaine dernière les grandes difficultés d'une telle réforme au regard des contrats de concession signés en 2004, précise dans les Échos qu'il n'est "pas sûr qu'une solution puisse être trouvée pour financer des projets dès 2015". Mais il ajoute :

C'est une bonne idée de vouloir faire contribuer davantage (les sociétés d'autoroutes) alors qu'elles ont été privatisées dans des conditions trop avantageuses. Et si certaines dispositions peuvent être prises par voie législative, il faut les examiner.

Les sociétés d'autoroutes prêtes au bras de fer

Les principaux opérateurs feront connaître mardi matin au Premier ministre leur réaction à ces diverses propositions, lors d'une rencontre à huis-clos à Matignon.

Manuel Valls a pris ses distances avec l'idée de Ségolène Royal. Explications de François Desplans

Selon le Figaro, dans l'hypothèse d'une nouvelle taxe, les opérateurs menacent de ne pas appliquer le plan national de relance des autoroutes signé avec l'État à l'automne 2013, tirant un trait sur les créations d'emplois associées. Ce plan, qui vient de recevoir le feu vert de Bruxelles selon Manuel Valls, prévoyait initialement 3,6 milliards d'euros d'investissements à réaliser par les concessionnaires en échange d'un allongement de la durée des concessions.

De l'écotaxe à l'écoredevance
De l'écotaxe à l'écoredevance © Idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.