Pour la réouverture des terrasses, le temps ne devrait pas vraiment être estival... Des risques d'averses sur le pays, qui ne tombent pas au bon moment et nous rappellent les mauvais souvenirs du déconfinement de l'an dernier.

Le 19 mai, les terrasses vont rouvrir... sous la pluie ?
Le 19 mai, les terrasses vont rouvrir... sous la pluie ? © AFP / Marie Suchodolski / Hans Lucas

L'impression d'avoir la poisse. Ces derniers jours, à regarder la météo, on pourrait tranquillement se dire que le ciel prend un malin plaisir à se déchaîner, pile au moment où nous retrouvons un peu de liberté. Souvenez-vous déjà de l'an dernier : nous voilà fraichement déconfinés... Mais la pluie ne cesse de tomber. Pourtant, on aimerait bien profiter, du pont, des parcs et puis des cafés. Alors pourquoi avons-nous cette impression d'une sorte de malédiction et ce phénomène va-t-il se reproduire ? En réalité, c'est un peu la marque de fabrique du mois de mai, qui ne sait jamais vraiment avec quelle météo danser. 

Pourquoi on fait ce lien déconfinement-pluie

Tout simplement parce que nous sommes sans doute nombreux à avoir gardé le souvenir (marquant) de ce printemps et de la rupture du lundi 11 mai. Toute la France "sortait d'un confinement qui, sur la moitié Nord en particulier, avait été exceptionnellement ensoleillé", rappelle Sébastien Léas, prévisionniste Météo France, l'une des voix de la météo sur France Inter. Sur toute la saison printanière, la ville la plus ensoleillée du pays s'est même avérée être... Le Touquet (Pas-de-Calais), devant les villes du Sud. Et c'est la Bretagne qui a été la région la plus ensoleillée. 

Et donc d'un coup, le 11 mai, il y a eu une perturbation hyper pluvieuse, hyper active, des températures assez fraîches.

Et même une vigilance rouge pour "fortes précipitations" dans le Sud-Ouest et une vigilance orange sur une bonne partie du pays pour ces conditions extrêmement perturbées et pluvieuse.

Pourquoi c'était en fait assez normal

Parce qu'en réalité, les mois d'avril et de mai sont, sur le plan météo, une "période de transition entre la fin de la période hivernale et l'été, avec un temps toujours très changeant", note Sébastien Léas, qui peut alterner les fortes chaleurs et les passages perturbés. "Il faut aussi se rendre compte qu'entre début mai et fin mai, les normes climatiques peuvent être complètement différentes, avec des écarts extrêmement importants." 

À Paris, en gros, le 11 mai, il pleuvait, il faisait 15 degrés et le 28 mai, il faisait presque 30 degrés et il y avait un grand soleil.

D'ailleurs, très vite ensuite, le décor avait complètement changé fin mai : "Des conditions beaucoup plus estivales, des températures bien plus chaudes. Le 28 mai, on a dépassé les 30 degrés dans le Sud-Ouest ; sur la côte Atlantique, vers le Sud Bretagne on est à 26 ou 27", souligne le prévisionniste, le nez dans ses archives météo. "À part des orages sur la Provence et une partie du Sud-Est, c'était un temps très ensoleillé." Un beau temps qui va persister jusqu'au 2 juin, date de réouverture des terrasses, et au-delà. Ce jour-là, il fait donc chaud : le mauvais sort est conjuré. 

Pourquoi ce ne sera pas vraiment le déluge le 19 mai

Justement parce que le mois de mai fait un peu ce qui lui plait. Et en ce moment, l'ambiance n'est pas au déluge. "On est très loin de certains mois de mai où il peut faire très froid" (eh oui, souvenez-vous de l'an dernier). "Mais on peut dire que le temps de mercredi sera incertain", précise Sébastien Léas. "On est dans un contexte de flux océaniques, ce qui favorise les petites perturbations, mais pas forcément extrêmement pluvieuses." 

Donc pas de grosses pluies, mais plutôt de petites averses, de préférence difficiles à prévoir. Et des températures légèrement sous les normales de saison, mais entre 13 et 21 degrés tout de même. Alors, où faut-il aller pour être au sec ? Sans doute plutôt sur le pourtour méditerranéen (même si le vent va y souffler fort) et sur la façade Atlantique, où les chances de bénéficier d'éclaircies seront les plus larges. Et pas de panique : le retour d'un temps plus calme est prévu pour les jours suivants. Pas de quoi faire grise mine.