C'est dans ce même Auchan City de Tourcoing, dans le Nord, qu'une caissière avait été licenciée pour une erreur de caisse de 85 centimes au mois d'août dernier

Une nouvelle affaire concernant la manière dont les grands magasins traitent leur personnel
Une nouvelle affaire concernant la manière dont les grands magasins traitent leur personnel © CC Rafal Zych

Une histoire très peu flatteuse pour Auchan vient d'être rendue publique par la CGT. L'histoire d'une caissière d'un supermarché Auchan de Tourcoing, dans le Nord, qui a fait une fausse couche à son poste qu'elle n'a pas été autorisée à quitter.

On l'appellera Fadila. Elle a 23 ans et a entamé en novembre dernier un contrat de professionnalisation d’hôtesse de caisse de six mois dans un Auchan City de Tourcoing. Après un arrêt de travail dû à des malaises, elle découvre qu’elle est enceinte de deux mois, en informe son employeur et demande des autorisations supplémentaires de se rendre aux toilettes pour vomir. Ça ne lui est pas accordé, explique-t-elle. Son employeur lui"dit qu'il ne peut pas me répondre tout de suite, raconte-t-elle, car s'il fait ça pour moi il doit faire ça pour tout le monde". Elle devra donc gérer cela sans quitter son poste....

Après un arrêt d’une semaine, Fadila reprend le travail, mais ce 21 novembre, elle ressent des douleurs au ventre qui s'amplifient au cours de l’après-midi alors qu'elle ne peut pas quitter son poste. C'est derrière sa caisse que Fadila – dont les clients remarquent la pâleur – fait une fausse-couche. Elle s'en rendra compte en se levant de son siège ensanglanté. A l'arrivée des pompiers, qui lui demandent si elle a pu aller aux toilettes, elle leur répond : "Non, pas depuis trois heures que je demande." Alors qu'ils l'emmmènent à l'hôpital, personne ne vient demander de ses nouvelles, raconte-t-elle encore étonnée.

Après une nuit à l'hôpital, sa supérieure lui demandera un justificatif pour expliquer les raisons de son départ avant l’heure de fin de sa vacation et même si elle peut revenir travailler le lendemain. Une réaction qui a énormément choqué Fadila, qui ne comprend toujours pas comment une femme peut manquer autant de compassion envers une autre femme.

Une histoire qui n'étonne pas Samuel Mégens, secrétaire général de la CGT à Tourcoing. En août dernier, c'est dans ce même Auchan City qu'une caissière avait été licenciée pour une erreur de caisse de 85 centimes : "C’est un magasin où, de notre point de vue, les salariés sont en danger. On dépasse la question syndicale ou même juridique. Fadila a été confrontée, chaque jour, à un encadrement qui n’a tenu aucun compte de sa personne."

La direction ne s'est jamais excusée, au contraire même, puisque Fadila a reçu un avertissement pour absence injustifiée.

_*MISE A JOUR
*_Dans l'après-midi, la direction d'Auchan City a fait parvenir à France Inter un communiqué dans lequel elle exprime "sa tristesse et regrette l'enchaînement malencontreux des faits". Elle "s'indigne de l'instrumentalisation des faits" et parle d"'allégations totalement infondées". La jeune caissière sera reçue, précise le communiqué, par le directeur des ressources humaine dès son rétablissement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.