La ministre de l'Enseignement supérieur souligne aussi l'importance de veiller à ce que celles et ceux qui dénoncent leurs agresseurs ne soient pas obligées de renoncer à leurs études, ce qui constituerait "un deuxième traumatisme".

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, salue la libération de la parole sur les violences sexistes et sexuelles
Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, salue la libération de la parole sur les violences sexistes et sexuelles © AFP / Sébastien Muylaert

Période houleuse, pour IEP. Les dix Instituts d'études politiques que compte le territoire hexagonal sont secoués à la fois par une vague de dénonciation des violences sexistes et sexuelles et par les répercussions du livre de Camille Kouchner, celui-ci ayant successivement contraint Olivier Duhamel et Frédéric Mion a renoncer à leurs fonctions, à la tête de la fondation qui supervise les Sciences Po pour le premier, et à la direction de Sciences Po Paris pour le second.

Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, apporte son soutien aux victimes. "Aucun fait avéré ne doit rester impuni", insiste-t-elle. La ministre souligne aussi l'importance qu'aucune victime ne soit obligée de renoncer à ses études ou à changer d'établissement.

FRANCE INTER : "Comment réagissez-vous à cette vague de dénonciation de violences sexuelles au sein des IEP ?"

FRÉDÉRIQUE VIDAL : "Je tiens d'abord à dire qu'il est très important que cette parole se libère et que cela conforte tout ce que nous avons mis en place dans l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur pour lutter contre ces violences sexistes et sexuelles. Notamment la capacité à recueillir la parole et à aider ces jeunes à aller jusqu'au bout de leur démarche, leur préciser les dispositifs qui peuvent les aider, comme l'aide juridictionnelle. 

Et puis, au delà de leurs témoignages, les pousser à agir, à porter plainte de façon à ce qu'aucun fait avéré ne reste impuni."

Êtes-vous surprise par l'ampleur que prend le phénomène jour après jour

"Je crois qu'on assiste, sur différents sujets, à la libération de la parole et c'est toujours bien. Il y a des pionniers ou des pionnières, en l'occurrence celles qui osent parler et qui font savoir que l'on n'est pas seul. C'est important de se confier et de ne pas culpabiliser parce que l'on est victime.

Les établissements d'enseignement supérieur sont comme le reste de la société. Il y a des faits qui, s'ils sont avérés, doivent être absolument dénoncés et punis. Parce que c'est extrêmement grave et peut-être encore plus sur des jeunes en cours de formation : à la fois dans leurs études, mais aussi en cours de formation de leur personnalité, de ce qui va les construire pour la suite de leur vie." 

"Il ne faut pas rester avec un secret aussi lourd, des blessures aussi graves sans se confier et qu'il y ait réparation."

Quel soutien pouvez vous apporter votre niveau? 

"Nous allons continuer à accompagner les établissements pour ce recueil de parole et surtout pour donner aux victimes toutes les indications pour les accompagner, les inciter à porter plainte. Il s'agit aussi de veiller à ce qu'elles ne soient pas finalement obligées de s'exclure de leurs études. 

Une enquête sur les violences sexistes et sexuelles, commandée au mois de novembre, montre que, dans un cas sur dix, c'est la victime qui quitte ses études, qui quitte l'établissement. C'est là dessus qu'il faut insister."

"Les victimes n'ont pas à subir un deuxième traumatisme en étant obligé de renoncer aux études qu'elles souhaitaient poursuivre"

Le directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion, a annoncé ce mardi soir sa démission, après l'affaire Olivier Duhamel. A-t-il bien fait de renoncer à ses fonctions ?

"Frédéric Mion s'en est expliqué à la fois dans une lettre qu'il m'a adressée ainsi qu'à l'ensemble des personnels et des étudiants. C'était important pour moi qu'il y ait une inspection générale pour ramener de la sérénité dans l'établissement. Ce qu'a montré cette inspection, c'est qu'il n'y avait pas eu d'omerta organisée, qu'il n'y a pas eu de violences sexuelles ou sexistes au sein de l'établissement du fait de M. Duhamel. Néanmoins, Frédéric Mion a jugé que, pour protéger l'institution, il était de sa responsabilité de démissionner. Il a pris ses responsabilités. 

Mais il faut aussi reconnaître le rôle qu'il a joué, notamment à Paris, en montant l'une des premières cellules d'écoute des violences sexistes et sexuelles dans les IEP en 2015. Il a mis en place des dispositifs tout à fait novateurs dont les autres IEP se sont d'ailleurs emparés, même si l'on doit encore les amplifier." 

Cette décision est-elle de nature à ramener une certaine sérénité à Sciences Po Paris ? 

"Je crois déjà que l'ensemble des protagonistes de Sciences Po, que ce soit les étudiants ou les personnels, ont apprécié la venue de l'inspection, qui est un regard extérieur. Plus de 60 personnes ont été auditionnées. Et ça a déjà ramené une forme de sérénité. 

Moi, tout ce que je souhaite, c'est que le second semestre puisse se dérouler à Sciences Po de la façon la plus apaisée possible. Les étudiants sont déjà suffisamment contraints par les mesures sanitaires."