Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb inaugure ce mardi la première brigade numérique de France, à Rennes. Dans l'après-midi, il sera possible d'échanger depuis son téléphone portable intelligent ou son ordinateur avec un gendarme.

Le dispositif, expérimenté à Rennes à compter de ce mardi, ne traitera pas les urgences mais servira à orienter le public dans ses démarches.
Le dispositif, expérimenté à Rennes à compter de ce mardi, ne traitera pas les urgences mais servira à orienter le public dans ses démarches. © Radio France / David Di Giacomo

Plus de file d'attente physique à la gendarmerie, mais un échange via messagerie instantanée. Jusqu'à maintenant, Michael reçevait la population dans les locaux de sa brigade de gendarmerie. Mais à compter de ce mardi, il troque les bureaux d'accueil par plusieurs écrans d'ordinateur. 

Plutôt que de se déplacer dans les locaux de la brigade de gendarmerie, les gens peuvent contacter des agents directement sur internet.
Plutôt que de se déplacer dans les locaux de la brigade de gendarmerie, les gens peuvent contacter des agents directement sur internet. © Radio France / David Di Giacomo

Site internet de la gendarmerie ou réseaux sociaux sont prévus pour entre en contact et dialoguer avec Michael ou un autre cybergendarme, deux agents chargés "d'accompagner le citoyen jusqu'au bout de sa démarche" et l'aider à, par exemple, déposer une pré-plainte : "Sur Facebook et Twitter, nous ne répondons aux gens que par messages privés. Il ne s'agit surtout pas d'inciter les gens à étaler leur vie privée sur leur profil public."

Un système pas conçu pour les urgences

_"Plus de 80 % des Français sont internautes et utilisent internet tous les jours ou presqu_e, explique le lieutenant-colonel Rémy Nollet, responsable de la mission numérique de la gendarmerie. Ça nous parait logique de leur proposer de nous contacter à l'heure qu'ils le souhaitent, le soir, quand ils sont chez eux, sans avoir à se déplacer à la brigade de gendarmerie pour des questions, des renseignements, des conseils, de l'orientation."

La brigade, disponible 24 heures sur 24, n'a pas vocation à traiter les appels d'urgence : elle ne remplacera pas le 17 ! Sa mission, c'est de rendre service à la population et est l'une des déclinaisons de la politique de  police de sécurité du quotidien, prônée par Gérard Collomb qui inaugure le système à Rennes ce mardi après-midi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.