Les militaires assurent la sécurité des lieux publics depuis le 13 novembre
Les militaires assurent la sécurité des lieux publics depuis le 13 novembre © MaxPPP

Conséquences des attentats les plus meurtriers de l’histoire de France, le 13 novembre dernier, Paris et les départements limitrophes seront placés sous haute surveillance. Près de 11 000 policiers, pompiers, gendarmes et militaires sont réquisitionnés. Soit 2 000 de plus que l’année dernière.

En tout, ce sont 1 600 policiers qui vont assurer la sécurité sur les Champs-Elysées entre 18h00 et 1h30. Michel Cadot, préfet de police de Paris assure que le risque d’attentat est connu et réel mais il n’y a pas d’éléments nouveaux spécifiques à l’agglomération de Paris.

Il y aura du monde parce que les habitudes sont là, certains touristes ont réservé depuis des mois, les Franciliens ont l’habitude de venir au moment du changement d’année pour se retrouver dans le centre de Paris. Mais les participants seront sans doute moins nombreux que l’année dernière.

Le feu d’artifice, tant réclamé par les touristes, ne sera pas tiré. La maire de Paris, Anne Hidalgo a justifié cette décision par le devoir de décence apporté aux familles de victimes des attentats du 13 novembre. L’utilisation et la vente de produits pyrotechniques sont interdites à Paris et dans la petite couronne.

La vente et la détention d’alcool seront interdites dans les quartiers du Trocadéro, du Champ-de-Mars, des Champs-Elysées et sur certains quais de Seine. Cette mesure s’appliquera entre jeudi 20h et vendredi 6h.

Des rues interdites à la circulation

L’avenue des Champs-Elysées et les rues adjacentes sont interdites à la circulation. Des stations de métro et de RER à proximités seront également fermées.

Le préfet de police a aussi indiqué qu’un filtrage sélectif sera mis en place, des fouilles par palpations et des demandes de papiers d’identité pouront être réalisées.

L’opération Sentinelle, partout en France

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense a annoncé la mobilisation de 10 000 soldats dans le cadre de l’opération Sentinelle. 6 500 seront présents en Île-de-France. Les militaires qui font partie de ce dispositif sont en poste autours de lieux « sensibles ».

► A Strasbourg , les véhicules qui passent la frontière pourront être fouillés et les conducteurs contrôlés. Le traditionnel boucan alsacien qui accompagne le passage à la nouvelle année ne se fera pas cette année. Plus aucun pétard, ni aucune fusée ne sont autorisés.

► Même constat à Nice , où l’utilisation d’artifices est interdite sur la voie publique entre minuit, jeudi et 6h vendredi.

► A Lille , 550 policiers et CRS assureront la sécurité des fêtards. Ils seront aussi en charge des contrôles routiers. Deux bateaux de CRS seront même présents sur la Deûle pour éviter les noyades. Le préfet a pris un arrêté contrôlant la vente de carburant à emporter, visant à limiter les incendies de voitures.

► Pour Toulouse , plusieurs dizaines de policiers et 122 militaires seront réquisitionnés pour cette nuit de Saint-Sylvestre. L’aéroport, les gares et les lieux de cultes seront surveillés.

► Les bordelais , ont décidé, quant à eux de surveiller les abords du tramway. 600 policiers et gendarmes seront dépêchés dans tout le département de la Gironde.

► Dans le Rhône, à Lyon , ce sont 750 policiers et gendarmes qui sont dépêchés. Le préfet précise que 550 s’occuperont de l’agglomération lyonnaise. Des patrouilles surveilleront les commerces aux heures de fermeture.

► A Marseille , les traditionnels contrôles routiers seront de rigueur. 1 303 infractions ont été relevées par les forces de l’ordre à Noël.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.