A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, l'association Aides publie un rapport sur "la face cachée de la discrimination". Une discrimination très enracinée au travail, notamment.

Manifestation à Marseille de membres de Aides à Marseille en 2013.
Manifestation à Marseille de membres de Aides à Marseille en 2013. © AFP / GERARD JULIEN

C'est un fait : pour Aides, à l'approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida, les discriminations à l'encontre des séropositifs sont toujours présentes en France. L'association a interrogé un échantillon de 1 000 personnes pour dresser un état des lieux. 

Mais si 98 % reconnaissent qu’une personne séropositive peut vivre comme tout le monde et avoir une activité professionnelle, dès que l'on évoque des situations concrètes, elles sont encore presque un tiers à considérer les personnes infectées inaptes à exercer certaines professions.

35 ans après l'apparition du virus du sida et alors même que des traitements empêchent les contaminations, des peurs irrationnelles persistent. 

Avoir une activité professionnelle, oui, mais pas n'importe laquelle. 31% des personnes interrogées jugent les séropositifs inaptes à être  pompiers ou policiers, et, parmi les moins de 35 ans, 1 sur 3 se sentirait même mal à l'aise si l'enseignant de leur enfant était porteur du virus. 

Les séropositifs continuent donc à  cacher leur état. D'autant plus que la méconnaissance sur les traitements est également préoccupante : elle n'a pas évolué depuis les années 90. 

Sida : le point sur l'épidémie en France
Sida : le point sur l'épidémie en France © Visactu / Visactu

Sur cette méconnaissance persistante de la maladie, voici le cas de Valérie, qui travaille dans un service scolaire au contact d'enfants. Il reste impossible pour elle de révéler qu'elle est séropositive, comme elle l'explique au micro de Danielle Messager :

87% des personnes interrogées pensent encore qu'avoir un rapport sexuel avec une personne séropositive constitue un risque élevé de contamination. 

Ce mardi, "Santé publique France"publie les derniers chiffres sur la contamination par le VIH. En 2016, 6 000 nouveaux cas de séropositivité ont été enregistrés dont 27% à un stade avancé de l'infection. Ces chiffres sont donc en baisse de 5% par rapport à 2013. 

Une nouvelle campagne sera lancée le 1er décembre sur la prévention et les modes de dépistages.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.