Larry Nassar, ostéopathe de l'équipe féminine de gym américaine depuis 1996, puis médecin en chef de 2005 à 2015, a pu agresser sexuellement pendant plus de 20 ans au moins 265 fillettes, adolescentes et jeunes adultes sans être inquiété. L'omerta dans le milieu de la gymnastique américaine est au cœur des critiques.

Comment Larry Nassar a-t-il pu agir aussi longtemps sans être inquiété ?
Comment Larry Nassar a-t-il pu agir aussi longtemps sans être inquiété ? © AFP / JEFF KOWALSKY

C'est un procès sans précédent, ou plutôt trois procès. Il s'agit du plus grand scandale sexuel de l'histoire du sport américain. A la barre, un seul homme, Larry Nassar, 53 ans, ostéopathe et kinésithérapeute, devenu au fil des ans médecin chef de l'équipe américaine de gym féminine.  

L'affaire Nassar a pris un  tournant encore plus spectaculaire ce mercredi lorsque la présidente du troisième tribunal (à Charlotte, Michigan) devant lequel il comparaît a annoncé qu'il avait agressé au moins 265 jeunes femmes pendant vingt ans. L'ancien thérapeute était déjà assuré de passer la fin de ses jours en prison après avoir été condamné lors des deux précédents procès à deux lourdes peines. 

Un nombre de victimes exponentiel

Il commettait ses abus sexuels sous couvert d'actes médicaux et a été confronté aux témoignages d'une centaine d'athlètes, célèbres ou inconnues lors des deux premiers procès. Et le mouvement déclenché par les interventions de victimes, qu'elles soient inconnues ou championnes olympiques, ne semble pas vouloir s'arrêter.

L'Université publique du Michigan montrée du doigt

Nassar a travaillé à la Michigan State University (MSU) pendant toutes ces années. 

Un procureur spécial Bill Forsyth, va enquêter sur les dysfonctionnements au sein de l'université du Michigan (MSU) pour comprendre "pourquoi et comment" l'ex-médecin "a pu agir ainsi pendant près de vingt ans".  Le procureur général , Bill Schuette, a promis  "une enquête complète et approfondie sur ce qui s'est passé à l'université du Michigan, du bureau du président jusqu'à la base".

Nous allons braquer les projecteurs dans chaque coin de l'université

Objectif : "établir qui savait quoi, qui a pris des décisions et qui a échoué à en prendre, ce qui s'est passé ou ne s'est pas passé, et ce qui aurait dû se passer", selon le procureur de l'Etat. 

La présidente de l'université publique du Michigan a démissionné en janvier 2018
La présidente de l'université publique du Michigan a démissionné en janvier 2018 © AFP / SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

La Presidente de MSU Lou Anna Simon a démissionné cette semaine, et s'est engagée à collaborer avec la justice.

L'olympisme aussi dans le collimateur

De son coté, le Comité olympique américain a reconnu sa responsabilité et annoncé la création d'une commission d'enquête indépendante qui allait "déterminer comment des abus d'une telle ampleur ont pu ne pas être détectés pendant aussi longtemps". La direction de la fédération américaine de gymnastique a annoncé vendredi sa démission en bloc

Plusieurs victimes ont pourtant parlé depuis 1997

En 1997, Larissa Boyce, 16 ans, élève de MSU a alerté sa coach Kathie Klages, avec une autre élève de 14 ans, disant que "la manière dont Nassar mettait ses mains dans leur sexe les mettait mal à l'aise".  

Klages a toujours défendu Nassar. Elles a interrogé les jeunes filles , puis leur a dit qu'elles se trompaient. Elle les a même poussées à s'excuser auprès de Nassar !

Devant le tribunal, Larissa Boyce s'est effondrée : 

Je l'ai dit à quelqu'un ! Et au lieu d'être protégée, j'ai été humiliée et on m'a dit que j'avais un problème !

Kathie Klages a fini par être démise de ses fonctions et poussée à une retraite anticipée, mais seulement en 2016, quand les affaires ont éclaté.

Au moins six autres jeunes filles ont alerté des membres du personnel de MSU ou leur psychologue entre 1999 et 2015, sans jamais avoir de soutien, et encore moins de suites. 

En 2015, un entraîneur a entendu une conversation entre deux gymnastes. Il a alerté la fédération américaine de gymnastique qui a préféré embaucher un détective privé. Après plusieurs mois d'inaction, la fédération a finalement contacté le FBI. Mais n'aurait pas prévenu l'université. Nassar a donc pu continuer à agresser des jeunes femmes pendant plusieurs mois, avant qu'une enquête sur ses actes sorte dans le journal The Indianapolis Star en 2016.

"Je viens de signer votre arrêt de mort"

► VOIR : les déclarations de la juge Aquilina et sa lecture d'une lettre écrite par l'accusé rédigée à l'attention du service judiciaire et qui se présente comme une victime 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.