Luz, dessinateur de Charlie Hebdo
Luz, dessinateur de Charlie Hebdo © corbis

"I'm not Charlie", voilà ce que semblent dire six écrivains américains de renommée, qui protestent contre la remise d'une récompense pour la liberté d'expression à Charlie Hebdo.

Peter Carey, Michael Ondaatje, Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner et Taiye Selasi ne participeront pas au rendez-vous annuel du PEN american Center, dont le gala doit se tenir le 5 mai. C'est ce qu'a révélé dimanche le New York Times.

Peter Carey qui a remporté deux fois le prestigieux Booker Prize, a expliqué au quotidien américain qu'avec cette récompense, le PEN allait au delà de rôle traditionnel de défense de la liberté d'expression contre la censure gouvernementale.

"La remise du prix implique admiration et respect"

L'ancienne présidente de l'association internationale PEN, Francine Prose, a expliqué qu'elle «déplorait» la fusillade de janvier mais que, selon elle, la remise du prix impliquait «admiration et respect» pour le travail de la personne récompensée.

Les frères Saïd et Chérif Kouachi ont fait irruption le 7 janvier dans les locaux parisiens du magazine qui avait publié des caricatures du prophète Mahomet. Ils ont ouvert le feu et tué douze personnes, dont cinq dessinateurs.

Jean-Baptiste Thoret, qui a échappé à l'attentat en arrivant tard au travail ce jour-là, devrait recevoir le "PEN/Toni and James C. Goodale Freedom of expression courage Award" au nom de ses collègues.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.