En mai 2017, un happening homophobe de Cyril Hanouna dans son émission sur C8 avait créé la polémique. L’association Le Refuge disait avoir reçu l’appel en détresse d’un jeune homme homosexuel, piégé par l’animateur. Ce témoignage n’a en réalité jamais existé.

L'association le Refuge s'occupe de jeunes en détresse, confrontés notamment à l'homophobie.
L'association le Refuge s'occupe de jeunes en détresse, confrontés notamment à l'homophobie. © Maxppp / Aurélien Morissard

En mai 2017, la diffusion sur C8 d’un happening de Cyril Hanouna avait créé une vive polémique. L’animateur star avait déposé sur internet une petite annonce pour pouvoir ensuite draguer des hommes, en direct dans son émission Touche pas à mon poste. Le canular avait été sévèrement dénoncée, le trublion faisant ressortir dans son interprétation une longue liste de clichés homophobes.

Comme beaucoup d’associations de défense des droits LGBT, le Refuge, structure d’assistance et d’accueil pour les jeunes en détresse, victimes d'homophobie et de transphobie, s’était indigné du caractère discriminant du sketch joué par Hanouna. Le président de l’association, Nicolas Noguier avait d’ailleurs expliqué que la structure avait reçu l’appel d’un jeune homme affirmant avoir été “outé - son homosexualité dévoilée au grand jour - et mis à la porte par ses parents. Une information qui était en fait complètement fausse, comme l'a révélé l’Express mercredi.

“Nous n’avons pas été assez vigilants” 

Ces propos ont été crus de bonne foi par le président du Refuge, Nicolas Noguier”, explique son avocat, Emmanuel Pierrat, à France Inter. “Ils se sont finalement avérés ne pas être exacts et nous l’avons dit dans les quelques jours qui ont suivi l’émission à l’avocat de Cyril Hanouna. C’est aussi une information connue par le tribunal depuis longtemps."

L’avocat poursuit : “C’est un ‘écoutant’ [qui répond au téléphone de la ligne d’urgence du Refuge, NDLR] qui a lui-même été un jeune tourmenté et en difficulté. Il a sûrement été très ému et choqué par ce qui s’est passé dans l’émission."

Il a certainement voulu rendre l’émission encore plus inacceptable qu’elle ne l’est déjà, en racontant quelque chose qui ne tient pas debout.

Selon lui, l’association a eu tort de lui confier le bénévolat de la ligne d’écoute de l’association et de ne pas avoir fait assez de vérifications. “Dans la précipitation, le président a cru de bonne foi ce qu’on lui disait… C’est en cherchant ce que l’on pouvait faire pour cette personne qui avait appelé, la localiser, qu’on s’est aperçu du mensonge”, ajoute-t-il. En effet, chaque appel, même anonyme, est traité au Refuge pour pouvoir apporter l’aide nécessaire aux personnes qui sollicitent l’association. Dans tous les cas, assure Emmanuel Pierrat, ce canular avait déclenché une véritable vague d’appels indignés.

“Je vais plaider la bonne foi”

C’est regrettable, mais ça ne met pas en péril notre action. Malheureusement, ça n’annihile pas non plus l’homophobie qui existe dans ce pays” ajoute-t-il.  L’association du Refuge ne va d’ailleurs pas poursuivre cet ancien bénévole, précise Emmanuel Pierrat, “même si ça nous fait du tort, parce qu’il est plus à aider qu'à blâmer. Il ne s’occupe plus de ce genre de choses, il a été mis à l’écart”. 

Aujourd’hui, une plainte de Cyril Hanouna contre Nicolas Noguier pour diffamation est toujours active. L’affaire doit être jugée devant la 17e chambre du Tribunal de Grande instance de Paris, en mai 2019. “Je vais plaider la bonne foi” explique Emmanuel Pierrat. “Ça reste un canular très malvenu et qui fait plus de dégât que rire”, conclut-il.

Suite à la diffusion du canular, le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait reçu plus de 45 000 signalements, un nombre record avant d’infliger une lourde amende (3 millions d’euros) à la chaîne du groupe Canal+.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.