A partir du 3 et 4 avril, les syndicats de la SNCF appellent à une grève reconductible contre la réforme ferroviaire prévue par le gouvernement. Un mode d'action inédit : les agents seront appelés à cesser le travail deux jours tous les cinq jours.

La grève à la SNCF commencera le 3 avril.
La grève à la SNCF commencera le 3 avril. © AFP / David Seyer / CrowdSpark

Pour les usagers de la SNCF, cela risque de devenir un casse-tête : la grève qui commencera les 3 et 4 avril prochains, à l'appel de l'intersyndicale formée de la CGT, l'Unsa, Sud-Rail et la CFDT, durera 36 jours... mais étalés sur trois mois. Entre le 3 avril et le 28 juin, les cheminots sont appelés à faire grève deux jours tous les cinq jours. "Une mobilisation innovante", note Didier Aubert de la CFDT Cheminots.

Si les voyageurs qui ont prévu de prendre le train pour le week-end de Pâques seront épargnés, ce ne sera pas le cas pour les vacances de printemps (entre début avril et mi-mai selon les zones) et les ponts du mois de mai. Voici le calendrier présenté par les représentants de l'intersyndicale :

Le calendrier des jours de grève annoncés
Le calendrier des jours de grève annoncés © Visactu

Ne pas trop pénaliser les usagers

"L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté de négocier" et "prend la responsabilité (d'un) conflit intensif sur une très longue durée", explique Laurent Brun, secrétaire général de la CGT cheminots. "Clairement, on attend une ouverture de la part du gouvernement", justifie Didier Aubert. 

Pourquoi ce nouveau mode opératoire ? "Parce qu'il y a aussi la nécessité de gêner sans trop gêner les usagers, les voyageurs", a expliqué sur franceinfo jeudi soir Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint de la CFDT-Cheminots. "Nous allons engager un conflit marathon : on ne pense pas que pour convaincre le gouvernement il faille un sprint"

"Posture incompréhensible" pour la ministre

Pour le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, "c'est d'abord une mauvaise nouvelle, une mauvaise chose pour les 4 millions et demi de Français qui prennent le train tous les jours", et c'est aussi une décision "un peu décalée par rapport à la concertation qui est engagée". 

De son côté, la ministre des transports Elisabeth Borne a déploré "une posture incompréhensible". Jeudi matin sur France Inter, elle avait affirmé ne pas remettre en cause le droit de grève, mais avançait l'argument que "le bon chemin c'est de discuter pour répondre aux difficultés des Français qui prennent le train chaque jour". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.