60 Millions de consommateurs publie ce jeudi une enquête sur les prix pratiqués pour les prothèses dentaires. Des soins toujours aussi mal remboursés mais qui varient selon les régions. Le magazine a étudié les prix chez plus de 5.000 dentistes dans 40 grandes villes de France. Paris est, sans surprise, la plus chère.

Soins dentaires : le grand écart des tarifs
Soins dentaires : le grand écart des tarifs © AFP / FRED TANNEAU

Alors que les dentistes sont en pleine négociation tarifaire avec la Sécurité sociale et que le ministère de la Santé a lancé, lundi, la négociation sur le "reste à charge zéro", le magazine 60 Millions de consommateurs dévoile ce jeudi une enquête sur les prix des couronnes et autres prothèses dentaires. Celles-ci sont mal prises en charge par l'Assurance maladie, le reste à charge pour les ménages est donc souvent élevé. Et les tarifs varient beaucoup selon votre lieu de résidence.

La couronne à 700 euros est remboursée 75 euros

Pour la pose d'une couronne céramo-métallique par exemple, d’après les données de l’Assurance maladie, le prix le plus fréquent oscille, dans les 40 villes de l'échantillon de 60 Millions de consommateurs, entre 519 euros à Nîmes et 704 euros à Paris – soit plus de 30  % d’écart entre les deux villes. La Sécurité sociale ne rembourse que 75 euros. 

Pour la pose d'un bridge, les soins sont encore plus chers. Les prix varient de près de 2.000 euros à Boulogne-Billancourt à 1.500 euros à Toulon. Sur ces montants, l'Assurance maladie rembourse à peine 200 euros. Même avec une complémentaire santé de bonne qualité, le patient doit souvent payer de sa poche plusieurs centaines d'euros, sans parler des implants ou des maladies de la gencive, non pris en charge par la Sécurité sociale. 

17  % des Français renoncent aux soins dentaires à cause de leur prix. 

En effet, sur 11 milliards d'euros de dépenses annuelles, la Sécurité sociale n'en assume qu'un tiers, les complémentaires santé 40 %. Le reste, 3 milliards d'euros, étant à la charge des ménages. C'est surtout le cas pour les prothèses dont les honoraires sont libres, contrairement aux soins conservateurs.

En 2016, près de 10.000 français ont donc choisi de partir à l'étranger pour faire soigner leurs dents à moindre coût.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.