Treize cercueils, treize morts. Lundi matin, des centaines de personnes étaient sur le pont Alexandre III pour voir passer les dépouilles de ces soldats, tués lors d'un accident d'hélicoptère, en route vers les Invalides. Dans la cour de l'hôtel militaire, Emmanuel Macron a prononcé un éloge funèbre.

Emmanuel Macron, dans la cour de l'hôtel des Invalides, à Paris le 2 décembre 2019.
Emmanuel Macron, dans la cour de l'hôtel des Invalides, à Paris le 2 décembre 2019. © AFP / AP / Thibault Camus

"Je m'incline devant le sacrifice" des treize soldats morts au Mali, a déclaré Emmanuel Macron, lundi après-midi, dans la cour de l'hôtel des Invalides. C'est là que le chef de l'État prononçait leur éloge funèbre, une semaine jour pour jour après l'accident d'hélicoptère qui a coûté la vie à ces militaires français. 

"Ils sont morts en opération, pour la France, pour la protection des peuples du Sahel, pour la sécurité de leurs compatriotes et pour la liberté du monde, pour nous tous qui sommes là", a ajouté Emmanuel Macron, face aux treize cercueils. "Leur engagement profond, modeste et discret n'est rendu public que par le sacrifice ultime, loin du fracas des mots inutiles", a poursuivi Emmanuel Macron, lors de cette cérémonie en présence de 2500 invités, dont le président malien Ibrahim Boubacar Keita et les anciens anciens présidents français, François Hollande et Nicolas Sarkozy. 

Emmanuel Macron a également décrit un par un l'engagement de chaque soldat et les familles qu'ils laissent derrière eux. Il a aussi livré un récit de la nuit de leur décès. Le président a remis, de façon posthume, la Légion d'honneur à chacun de ces soldats "morts pour la France".

Lundi matin, plusieurs centaines de personnes étaient présentes à Paris pour voir les treize véhicules qui transportaient les dépouilles des militaires, passant sur le pont Alexandre III en direction de l'Hôtel des Invalides. Les soldats morts étaient engagés dans le cadre de l'opération française Barkhane, en cours depuis le 1er août 2014. Elle mobilise, au Sahel et au Sahara, environ 4500 militaires français pour lutter contre les groupes armés affiliés au groupe État islamique ou Al-Quaïda. 

L'hommage en photos

Les cercueils des treize soldats morts au Mali alignés dans la cour des Invalides, drapés des couleurs de la France.
Les cercueils des treize soldats morts au Mali alignés dans la cour des Invalides, drapés des couleurs de la France. © AFP / Thibault Camus
Des militaires portent les portraits de leurs collègues, morts au Mali dans un accident entre deux hélicoptères.
Des militaires portent les portraits de leurs collègues, morts au Mali dans un accident entre deux hélicoptères. © AFP / Thibault Camus
Les militaires tués étaient originaires des régiments suivants : le 5e régiment d'hélicoptères de combat, le 4e régiment de chasseurs, le 93e régiment d'artillerie de montagne et la Légion étrangère.
Les militaires tués étaient originaires des régiments suivants : le 5e régiment d'hélicoptères de combat, le 4e régiment de chasseurs, le 93e régiment d'artillerie de montagne et la Légion étrangère. © AFP / Ludovic Marin
Le président de la République s'est arrêté devant chacun de ces cercueils. Tous étaient recouverts d'un drapeau tricolore.
Le président de la République s'est arrêté devant chacun de ces cercueils. Tous étaient recouverts d'un drapeau tricolore. © AFP / Thibault Camus
 "Je m'incline devant leur sacrifice", "ils sont morts pour nous tous", a déclaré Emmanuel Macron face à 2500 personnes réunies dans la cour des Invalides à Paris.
"Je m'incline devant leur sacrifice", "ils sont morts pour nous tous", a déclaré Emmanuel Macron face à 2500 personnes réunies dans la cour des Invalides à Paris. © AFP / Ludovic Marin
Des vétérans tiennent des drapeaux militaires dans la cour des Invalides à Paris, lors de l'hommage aux treize soldats morts au Mali.
Des vétérans tiennent des drapeaux militaires dans la cour des Invalides à Paris, lors de l'hommage aux treize soldats morts au Mali. © AFP
Les cercueils des treize soldats tués au Mali s'apprêtant à traverser le pont Alexandre III, à Paris.
Les cercueils des treize soldats tués au Mali s'apprêtant à traverser le pont Alexandre III, à Paris. © AFP / Hans Lucas / Carine Schmitt
En arrière plan, l'hôtel des Invalides, où se doit se dérouler l'hommage aux treize soldats morts au Mali, le 25 novembre 2019. Le long de la route, des militaires, pompiers, policiers et anonymes.
En arrière plan, l'hôtel des Invalides, où se doit se dérouler l'hommage aux treize soldats morts au Mali, le 25 novembre 2019. Le long de la route, des militaires, pompiers, policiers et anonymes. © AFP / Geoffroy VAN DER HASSELT
Les treize véhicules transportant les dépouilles des soldats tués au Mali, fin novembre, se dirigeant vers l'hôtel des Invalides à Paris.
Les treize véhicules transportant les dépouilles des soldats tués au Mali, fin novembre, se dirigeant vers l'hôtel des Invalides à Paris. © AFP / G. V. D. H.
Militaires mais aussi pompiers, policiers sont venus rendre hommage aux soldats morts au Mali.
Militaires mais aussi pompiers, policiers sont venus rendre hommage aux soldats morts au Mali. © AFP / G. V. D. H.
Les treize corbillards ont traversé le pont Alexandre III en direction des Invalides, à Paris.
Les treize corbillards ont traversé le pont Alexandre III en direction des Invalides, à Paris. © AFP / G. V. D. H.
Dimanche, les treize cercueils des militaires tués le 25 novembre avaient décollé de Gao (Mali), où sont installés les soldats français et la base française.
Dimanche, les treize cercueils des militaires tués le 25 novembre avaient décollé de Gao (Mali), où sont installés les soldats français et la base française. © AFP / Ecpad / Thomas Paudeleux
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.