L’organisme d’adoption contre lequel 9 personnes adoptées au Mali dans les années 90 ont porté plainte avait déjà été impliqué dans une affaire d’adoption illégale cette fois-ci au Pérou au début des années 80.

Rayon de Soleil avait déjà été impliqué dans une affaire d’adoption illégale
Rayon de Soleil avait déjà été impliqué dans une affaire d’adoption illégale © AFP / Patricia de Melo Moreira

Après une enquête d’un an, Le Monde en partenariat avec TV5 Monde révélait lundi que plusieurs personnes adoptées au Mali dans les années 90 avaient porté plainte contre l’association "Rayon de soleil de l'enfant étranger". L'organisme autorisé pour l'adoption aurait eu recours à des "stratagèmes" pour faire adopter des enfants  "qui, au regard de la loi, n’auraient pas dû l’être" écrit le quotidien. 

Cette plainte est portée par l’association "La voix des adoptés" dont la co-fondatrice Céline Giraud a elle-même été victime d'une adoption illégale au Pérou en 1980. Histoire qu'elle raconte dans le livre "J'ai été volé à mes parents" publié en 2005. Les parents adoptifs de la petite fille, alors âgée de 6 jours, avaient à l'époque eu recours eux aussi à l'organisation "Rayon de soleil de l'enfant étranger". 

C'est en enquêtant sur sa mère biologique dans les années 2000 que Céline Giraud découvre qu'elle a été en fait enlevée comme une vingtaine d'autres bébés par un couple qui les proposaient ensuite à l'adoption. "Dans mon enquête, j’ai découvert dans les retranscriptions de la Justice péruvienne que 'Rayon de soleil' avait demandé si ces intermédiaires avaient un agrément pour faire de l’adoption. Les autorités péruviennes leur ont répondu que non et qu’il ne fallait pas faire d’adoption avec eux. La culpabilité elle était déjà là." Arrêté en novembre 1981, les responsables du trafic sont condamnés en 1984. Bien que cité dans l'affaire, "Rayon de Soleil" n'est pas poursuivi.

Après ces révélations, l'organisme arrête sa mission au Pérou mais ne prévient pas les parents de Céline Giraud. "Ils ont fait le choix de ne pas prévenir les familles adoptives estimant que ce n’était pas nécessaire et que cela allait causer plus de troubles qu’autre chose." Ses parents ont finalement été reçus par "Rayon de soleil de l'enfant étranger" en 2017 soit 37 ans après les faits. L'agrément de l'organisme n'a lui jamais été remis en cause. 

Céline Giraud milite aujourd’hui pour qu’un débat soit ouvert sur ces adoptions illicites ou irrégulières et que les victimes, les enfants adoptés comme leur parents adoptifs, soient accompagnés. 

Rayon de soleil de l’enfant étranger réagit, sur son site, à l’enquête du Monde. L’organisme réfute "toute participation à quel titre que ce soit à un trafic d’être humain, et tient à la disposition de la justice l’ensemble des documents et pièces relatives à ces adoptions.L’association se réserve le droit d’intenter toute action afin de préserver ses droits et ceux de ses membres".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.