On y a droit dans quasiment tous les JT à cette expression-là, « sous haute surveillance » ! Parfois, c’est même « sous très haute surveillance », parfois « sous étroite surveillance »… Et c’est un gimmick très pratique, il fonctionne pour tous les sujets !La rentrée des classes a donc eu lieu cette année « sous haute surveillance », du fait de la grippe A… Celles et ceux qui sont atteints par le virus sont également placés « sous haute surveillance »… Tout comme Roselyne Bachelot d’ailleurs…Les samedis de chassé-croisé sur les routes, on évoque un trafic « sous haute surveillance », ce qui signale à la fois le danger éventuel et les précautions prises pour prévenir ce danger.La croissance est depuis longtemps « sous haute surveillance », tout comme Christine Lagarde d’ailleurs.Il y a quelques jours, on nous a parlé d’une élection « sous haute surveillance » au Gabon. Avant, c’était l’Afghanistan… Et quand c’est à Corbeil-Essonnes, normalement on dit une élection « sous très haute surveillance »…L’expression fonctionne donc pour les sujets sérieux, mais également pour les sujets moins graves. Dans le foot notamment. Début août, on nous a dit que Franck Ribéry était « sous haute surveillance » au Bayern de Munich et maintenant c’est Raymond Domenech qui se retrouve « sous haute surveillance » parce que les Bleus pourraient ne pas être qualifiés pour la prochaine Coupe du Monde.Bref, à écouter comme on nous parle, tout le monde ou presque se retrouve un jour « sous surveillance »…Sous la surveillance de qui, on ne le sait pas toujours ! C’est ça qui est marrant ! On précise rarement qui surveille, ça reste flou. Des lors qu’on dit « sous surveillance », c’est pourtant qu’il y a des gens qui surveillent… Des gens qui sont peut-être eux-mêmes « sous surveillance », qui sait… Hein ? Je surveille, tu surveilles, il surveille, nous sommes surveillés, vous êtes surveillés, ils nous surveillent…C’est à cela que je pensais dans la station du RER hier soir alors que je rentrais chez moi… Il y a des caméras dans les stations de RER… J'ai imaginé le sujet au 20H… « Un retour à la maison sous haute surveillance »… Une autre caméra au-dessus du distributeur où j’ai retiré de l’argent… « Un retrait au distributeur sous très haute surveillance »… Encore une caméra dans l’épicerie où je suis allé ensuite acheter une brique de lait. « L’achat d’une brique de lait sous étroite surveillance »… « On veut passer à la télé ? », m’a alors demandé une petite dame tandis que je fixais l’objectif… Elle aussi, elle prenait du lait.Et là, finalement j’ai compris… Ce que sous-entend cette expression, c’est la présence de Big Brother…Chronique (Gimmick) du 08/09/09 dans "Comme on nous parle"

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.