Après les "gilets jaunes" samedi, quelques milliers de "foulards rouges" défilaient ce dimanche à Paris et dans plusieurs villes de France. Entre drapeaux français et européens et slogans criés en soutien aux forces de l'ordre, les manifestants ont défilé essentiellement dans le calme.

"Non au populisme", sur l'une des pancartes de la manifestation
"Non au populisme", sur l'une des pancartes de la manifestation © Radio France / Yann Gallic

Ils étaient un peu plus de 10 500, selon la préfecture de police de Paris, à manifester ce dimanche dans les rues de Paris, de la place de la Nation à la place de la Bastille : les "foulards rouges", opposants aux "gilets jaunes", se réunissaient pour la première fois pour "défendre la démocratie et les institutions". 

Initiée sur Facebook initialement sous la dénomination de manifestation de soutien à Emmanuel Macron, elle a été rejointe par le collectif des "foulards rouges" à condition qu'elle soit plus globalement dédiée à la République. Parti aux alentours de 14h de la place de la Nation, le défilé était ouvert par une banderole "Stop aux violences". 

La banderole "Stop à la violence" en ouverture de la marche
La banderole "Stop à la violence" en ouverture de la marche © AFP / Alain Jocard

Vêtus d'un foulard rouge, les manifestants portaient, pour certains, des T-shirts portant des inscriptions comme "J'aime ma République" ou encore "Stop aux violences"

L'un des T-shirts portés par des manifestants pendant la manifestation de ce dimanche
L'un des T-shirts portés par des manifestants pendant la manifestation de ce dimanche © Radio France / Yann Gallic

Au sein du cortège, de nombreux slogans étaient scandés par les "foulards rouges", en particulier "Oui à la démocratie, non à la révolution", "Le fascisme ne passera pas", mais aussi, selon les constatations de notre reporter sur place, "Merci la police", Merci les gendarmes" et "Merci les pompiers". 

L'une des pancartes vues dans le défilé de dimanche à Paris
L'une des pancartes vues dans le défilé de dimanche à Paris © Radio France / Yann Gallic

Parmi les manifestants, une partie explique avoir partagé des revendications avec les "gilets jaunes", mais être opposés à leur rejet des institutions. "_Ce n'est pas une manifestation contre les "gilets jaunes"_, c'est une manifestation pour leur dire : vous avez des revendications, nous les entendons, mais il y a un autre lieu que la rue pour discuter", a déclaré François Patriat, sénateur LREM, qui était sur place. Même si le parti La République en Marche - dont l'organisateur initial de la manifestation, Laurent Soulié, est sympathisant - s'est tenu en retrait de cette mobilisation, une vingtaine de parlementaires de LREM ont également pris part au cortège.

"Stop aux violences", sur l'un des panneaux de la manifestation de dimanche
"Stop aux violences", sur l'un des panneaux de la manifestation de dimanche © Radio France / Yann Gallic

A l'arrivée du cortège place de la Bastille, les participants étaient attendus par quelques "gilets jaunes", qui les ont accueilli par des huées et des invectives, ainsi que deux banderoles qui affichaient "Macron destitution", et "Tout brûle déjà". 

Les "foulards rouges" sous les yeux des "gilets jaunes" sur les marches de l'opéra
Les "foulards rouges" sous les yeux des "gilets jaunes" sur les marches de l'opéra © Radio France / Yann Gallic
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.