[scald=19033:sdl_editor_representation]NEW YORK (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn ment quand il affirme que sa relation sexuelle avec une femme de ménage dans un hôtel de New York était consentie, a déclaré vendredi l'avocat de la victime présumée, Kennneth Thompson.

"La seule défense de Dominique Strauss-Kahn est que cette relation sexuelle était consentie", a-t-il déclaré quelques minutes après qu'un tribunal de New York a levé la caution de l'ancien directeur du Fonds monétaire international.

"C'est un mensonge", a-t-il ajouté en précisant que les allégations mettant en cause la crédibilité de sa cliente relevaient aussi du "mensonge" et que les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient fait pression.

Kenneth Thompson a souligné que sa cliente n'avait jamais varié dans ses déclarations et qu'elle avait bien été agressée sexuellement par Dominique Strauss-Kahn, ce que les expertises médicales prouvent selon lui.

Bureau de New York, version française Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.