Full Screen Mario est une performance technique
Full Screen Mario est une performance technique ©

Un jeune développeur s'est amusé à recréer l'intégralité du tout premier jeu Mario en HTML5. En clair, on peut y jouer directement en ligne sur son navigateur Internet. Nintendo, propriétaire du jeu, n'apprécie pas du tout.

C'est d'abord l'histoire d'une prouesse technique. En octobre 2012, un étudiant du Rensselaer Polytechnic Institute, Josh Goldberg, décide de tromper l'ennui en programmant "quelque chose d'impressionnant". Fin novembre, il peut déjà jouer aux premiers niveaux de son projet, un Super Mario Bros en ligne. Le mois dernier, il publie la version beta, pas encore parfaite (le jeu fonctionne plus ou moins bien selon les navigateurs, avec une préférence pour Google Chrome) mais, effectivement, impressionnante.

> JOUER À FULL SCREEN MARIO

Le jeu original est sorti en 1985 sur la console NES de Nintendo. Près de trente ans plus tard, il est donc jouable sur n'importe quel appareil connecté à Internet. Josh Goldberg a tout recréé de A à Z, en observant le jeu, et sans en "voler" le moindre morceau de code.

Il est possible de parcourir l'intégralité des niveaux, mais aussi de créer les siens ou de jouer aux millions d'autres mondes créés par des joueurs du monde entier. Mieux encore, le programmeur a rendu public le code source de sa "relecture" du mythe, permettant à tous de l'utiliser pour modifier, améliorer ou transformer le jeu à leur guise.

Nintendo is not impressed

Quid de la réaction du géant du jeu vidéo face à ce qui est certes un hommage, mais aussi une violation de ses droits d'auteur ? Dans une interview au Washington Post, le jeune développeur explique que selon lui, "ce serait vraiment petit de la part de Nintendo de le retirer du web. Ce serait cracher à la figure des développeurs du web et des fans de jeu vidéo du monde entier."

Pas de chance, c'est justement ce que Nintendo a fini par faire, en réclamant dans un communiqué la suppression du jeu du web.

Nintendo respecte la propriété intellectuelle des autres entreprises, en retour nous attendons le même respect. Nous protestons énergiquement contre cette utilisation illégale de notre propriété intellectuelle.

Sur Internet, beaucoup défendent le jeune homme, et estiment que dans ce genre de cas (l'adaptation d'un classique vieux de près de trente ans), la défense de la création doit passer avant celle du copyright. D'autant, que, pour Josh Goldberg, "il y a des milliards de sites où l'on peut télécharger le jeu original gratuitement. Ils ne sont jamais fermés. Moi, j'ai toujours évité d'utiliser directement le travail de Nintendo."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.