Les allergènes, encore mal indiqués ?
Les allergènes, encore mal indiqués ? © MaxPPP / Bonnaud Guillaume

L'UFC-Que Choisir publie ce mardi un rapport accablant sur la signalisation des allergènes dans la nourriture que vous achetez. Si les fast-foods sont bons élèves, un quart des magasins de la grande distribution affichent peu ou mal la présence d'allergènes. Quant aux commerces artisanaux, trois sur quatre ne respectent pas l'obligation d'informer.

Au total, l'association a réalisé une enquête mystère dans 375 commerces , pour vérifier s'ils respectaient bien la législation sur l'affichage des allergènes dans leurs produits. Depuis un an, un décret oblige en effet les enseignes à signaler clairement leur présence.

► ► ► SUR LE WEB | Lire le rapport complet sur le site de l'UFC-Que Choisir

Le meilleur élève, c'est la restauration rapide. Sur les neuf établissements contrôlés, tous mettent suffisamment en valeur l'information.

"Faites-le donc vous-même, votre gâteau !"

En revanche, la grande distribution se fait tirer l'oreille . Sur 134 magasins visités, de différentes enseignes, un quart est encore hors-la-loi. D'ailleurs, aucune ne réalise un sans-faute : 88 % des magasins Monoprix sont en conformité avec la législation, contre 57 % pour Géant Casino, tout en bas du classement.

Enfin, c'est chez les petits commerces que la situation est la plus dramatique , selon l'association. Sur les 232 boulangeries, pâtisseries, traiteurs et restaurants de quartier visités, 45 % ne fournissent aucune information sur les allergènes présents dans leurs produits. Ils sont 30 % à proposer une simple information orale, et 25 % à la fournir par écrit, comme prévu par le décret de 2015.

Pire, pour l'UFC-Que Choisir, l'accueil réservé au malheureux client qui souhaiterait en savoir plus est parfois détestable, certains commerçants préférant le mettre à la porte ou lui proposer de "faire son gâteau lui-même". "Pourtant le droit à une information fiable, loin d'être une lubie, est un enjeu de santé pour les consommateurs allergiques ou intolérants", regrette l'association.

En France, six à neuf millions de personnes souffrent d'allergies et d'intolérances alimentaires. Dans certains cas, elles peuvent provoquer des accidents potentiellement mortels.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.