Le pape François se rend en pèlerinage à Fatima, au Portugal, pour célébrer le centenaire des apparitions de la Vierge et canoniser deux des enfants qui ont vu Marie en 1917.

Une statue de Notre dame de Fatima lors d'une cérémonie en mai 2016.
Une statue de Notre dame de Fatima lors d'une cérémonie en mai 2016. © AFP / JOSE MANUEL RIBEIRO

La Vierge Marie serait apparue six fois entre mai à octobre 1917 à trois jeunes bergers âgés de 7 à 10 ans : Jacinta, Francisco, et leur cousine Lucia. Elle leur aurait révélé un message divisé en trois "secrets", jugés prophétiques de l'Histoire du XXe siècle par l'Eglise catholique. Aussitôt, la ferveur populaire a poussé entre 50 000 à 70 000 personnes à se rassembler à Cova da Iria lors de la dernière apparition, le 13 octobre, jour où se serait produit un étrange phénomène météorologique décrit comme "le miracle du soleil".

Pie XII vend la mèche en 1942

D'après le récit de sœur Lucia, la Vierge leur aurait livré un message qui devait rester secret, mais dont les deux premières parties ont été rendues publiques par le pape Pie XII en 1942.

Fatima : les trois enfants ayant vu la Vierge, Jacinta, Lucia et Francisco, en 1917
Fatima : les trois enfants ayant vu la Vierge, Jacinta, Lucia et Francisco, en 1917 / CC / Auteur inconnu
  • Le premier secret se référait à une vision de l'enfer pour dénoncer l'athéisme et les persécutions contre l'Eglise.
  • Le deuxième évoquait une guerre encore pire que celle en cours en 1917, appelant à la pénitence des Chrétiens et à la "conversion de la Russie", bouleversée à l'époque par la révolution bolchévique.
  • Le troisième secret, a, lui été révélé par le Vatican seulement en 2000. Il contenait une vision jugée prophétique de l'attentat perpétré contre Jean Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome, le 13 mai 1981. Jean-Paul II vouait une dévotion particulière à Notre-Dame de Fatima, car il était convaincu qu'elle lui avait sauvé la vie lors de la tentative d'assassinat dont il avait été la cible. Il a même offert au sanctuaire la balle qui l'avait grièvement blessé. Mais son successeur, Benoît XVI, a fait une autre interprétation actualisée. Selon lui, la Vierge aurait annoncé les "souffrances" de l'Église, secouée alors par des scandales de pédophilie.

Marie laissera également entendre aux deux enfants les plus jeunes qu'ils seront bientôt appelés par Dieu et iront au Paradis. Effectivement, ils mourront deux ans plus tard de la grippe espagnole, à l'âge de 9 et 10 ans. Lucia, elle, doit rester sur terre pour prêcher sa parole selon la Vierge Marie. Lucia deviendra nonne et mourra à 97 ans.

Des pélerinages immenses

Pour expier des péchés ou remercier la Vierge de l'aide apportée aux fidèles en mal de santé, amour ou argent, des milliers de pèlerins marchent en direction de Fatima pendant plusieurs jours et parcourent à genoux les dernières centaines de mètres menant à la Chapelle des apparitions.

Avec 8 millions de visiteurs attendus cette année, contre 6 à 7 millions les années précédentes, Fatima est l'un des sanctuaires mariaux les plus fréquentés au monde. Pour Aura Miguel, journaliste portugaise qui suit le Vatican depuis 30 ans pour la radio catholique portugaise Renascenza, ce voyage à Fatima sonne comme un retour à l’essentiel, autant qu'une demande de protection et de soutien de la part du chef de l’Eglise :

►ÉCOUTER | "Depuis toujours, Il y a un lien profond entre le pape et Fatima" : La journaliste portugaise Aura Miguel avec Mathilde Imberty )

Francisco Marto et sa petite soeur Jacinta avaient été béatifiés par Jean-Paul II le 13 mai 2000. Leur cousine Lucia dos Santos a vécu, quant à elle, jusqu'à 97 ans. Le Vatican étudie actuellement la procédure de sa béatification, ouverte en 2008.

Vendredi, le pape François sera le quatrième pape à se rendre en pèlerinage à Fatima. Il présidera la cérémonie de canonisation de Francisco et Jacinta. Près de 1 million de pèlerins y sont attendus lors des deux temps forts de cette visite pontificale : la procession aux flambeaux de vendredi soir et la messe de samedi matin.

Les moyens de sécurité déployés sont plus importants que ceux déployés lors de la visite en 2010 de Benoît XVI, accueilli à Fatima par 500 000 fidèles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.