Le musée d'Auschwitz a réagi après que des dizaines d'adolescents ont publié des vidéos sur TikTok, en se faisant passer pour des victimes de la Shoah. Une tendance observée sur le réseau depuis plusieurs jours qui interroge aussi la modération des contenus sur ces plateformes.

Des dizaines d'adolescents ont publié des vidéos sur TikTok, en se faisant passer pour des victimes de la Shoah
Des dizaines d'adolescents ont publié des vidéos sur TikTok, en se faisant passer pour des victimes de la Shoah © Capture d'écran

Ces images sont pour le moins déconcertantes. Sur la plateforme TikTok, une adolescente se filme face caméra. Depuis le paradis, elle prétend avoir été victime de l'Holocauste et raconte qu'elle est morte dans le camp d'Auschwitz. L'image est légèrement sépia, la jeune fille s'est maquillée pour se creuser le visage et faire apparaître des traces, comme des ecchymoses ou des brûlures. Sur l'écran, des messages écrits racontent son histoire fictive.  

Des vidéos comme celles-ci, TikTok en a vu passer beaucoup. Sur d'autres comptes, des jeunes portent des vestes rayées, d'autres encore des étoiles jaunes. À chaque fois, ces images sont accompagnées de musiques parfois presque mystiques.  

Une tendance "blessante et offensante"

Face au malaise provoqué par ces vidéos, de nombreux internautes ont été choqués. Cette tendance a pourtant pris une ampleur importante, à tel point que le musée d'Auschwitz a réagi dans un communiqué sur Twitter. 

"La tendance 'victimes' sur TikTok peut être blessante et offensante. Certaines vidéos sont dangereusement proches ou déjà au-delà d'une banalisation de l'histoire", commente le Mémorial d'Auschwitz sur le réseau social.  

Un enjeu d'éducation important

Pour autant, le mémorial ne souhaite pas "jeter l'opprobre" sur ces jeunes mais pense nécessaire d'ouvrir un dialogue autour de cette question. "C'est un défi éducatif", précise le communiqué. Sur la plateforme, des jeunes ont pris conscience de leur maladresse. Certains se sont excusé face au tollé provoqué par leurs vidéos.  

Le Mémorial d'Auschwitz reconnaît que les intentions de ces jeunes sont diverses et qu'il ne faut pas les attaquer. Cette étrange tendance interroge aussi sur la modération des contenus de cette plateforme. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.