Les circonstances de la mort de Rémy, 21 ans, sont inconnues pour l'instant
Les circonstances de la mort de Rémy, 21 ans, sont inconnues pour l'instant © MaxPPP

Un homme de 21 ans est mort dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage contesté de Sivens, dans le Tarn au moment où, selon le procureur d'Albi, une centaine d'opposants violents attaquaient les gendarmes.

Rémy, 21 ans, étudiant à Toulouse, a été découvert sans vie sur le chantier du barrage de Sivens dimanche vers 2h du matin. On ignore pour l'instant les causes de la mort. Une autopsie doit être pratiquée ce lundi à l'institut médico-légal de Toulouse à 13h30. Ses amis parlent d'"un écolo, d'un vrai ".C'est son téléphone portable qui a permis de l'identifier, faute de papiers d'identité.

Ecoutez les précisions de Corinne Cutilla et les déclarations du procureur :

Ce week-end 2.000 personnes ont manifesté leur opposition au projet de barrage-réservoir de 1,5 million de m3 d'eau, soutenu par le conseil général du Tarn, qui le juge indispensable pour irriguer les terres agricoles. Les opposants dénoncent un projet coûteux destiné, selon eux, à un petit nombre d'exploitants pratiquant une agriculture intensive. Depuis le début des travaux de déboisement le 1er septembre, les heurts et les rassemblements se sont multipliés aux alentours du chantier.

Oseront-ils édifier un barrage sur un cadavre ?

Gérard Onesta pointe la responsabilité des autorités. "Oseront-ils édifier un barrage sur un cadavre ? ", s’interroge-t-il. Ecoutez le vice président EELV de la région Midi-Pyrénées :

Dimanche après-midi, une autre manifestation a dégénéré : environ 450 opposants au barrage ont convergé à Gaillac, dans le Tarn, en mémoire de leur camarade. En fin d'après-midi, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve a répondu en appelant à ne pas mettre le feu aux poudres : "Le ministre de l'Intérieur appelle à la retenue les responsables politiques et associatifs qui se sont autorisés à tenir des propos approximatifs, irresponsables et polémiques ".

Le rapport d'expert commandé par Ségolène Royal sur la faisabilité de ce projet de retenue d'eau devait être rendu public ce lundi. Les bonnes feuilles circulaient déjà dimanche. Ecoutez les explications de Corinne Cutilla :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.