Accident de TGV
Accident de TGV © MaxPPP / Jean-Marc Loos

L'enquête se poursuit mais on ne sait pas encore si c'est la vitesse du train qui a provoqué le drame. L'accident a fait 11 morts samedi, et le pronostic vital de deux des 42 blessés est toujours engagé.

Interrogé lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies a fait état de "deux personnes encore entre la vie et la mort". Deux autres sont désormais hors de danger.Cet accident est le premier drame mortel de l'histoire du TGV.

Retard de mise en service

La locomotive a déraillé pouir une raison encore inconnue. "Nous ne savons pas aujourd'hui si c'est dû à un accident de vitesse" , a expliqué Alain Vidalies. "Il s'est produit dans une courbe après la partie nouvelle où le train faisait des essais à 350 km/h. Il devait dans cette courbe rouler à 175 km/h."

L'accident va aussi retarder la mise en service de cette liaison à grande vitesse entre Paris et Strasbourg. La mise en service, initialement prévue le 3 avril, a été repoussée sine die.

La liaison aérienne "Hop! Air France" entre les deux villes pourrait en revanche être maintenue plus longtemps que prévu. Elle doit être supprimée au moment de la mise en service de la ligne TGV.

Plusieurs morts dans le déraillement d'un TGV d'essai
Plusieurs morts dans le déraillement d'un TGV d'essai © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.