Le profil de l’élève qui a ouvert le feu dans son lycée de Grasse se précise : un adolescent fragile, fasciné par les armes et la violence.

Policier armé dans l'enceinte du lycée Tocqueville, où un élève a ouvert le feu jeudi 16 mars 2017.
Policier armé dans l'enceinte du lycée Tocqueville, où un élève a ouvert le feu jeudi 16 mars 2017. © AFP / Valery HACHE / AFP

Kilian B., a commencé à parler en garde à vue, après son interpellation par la police jeudi en début d'après-midi, alors qu'il venait de pénétrer dans le lycée Tocqueville de Grasse, dont il est l'un des élèves, et de tirer sur plusieurs personnes.

Le jeune homme est entré dans son lycée aux alentours de 12H30, avec un fusil à pompe, deux armes de poing, une grenade d'exercice et un explosif de fabrication artisanale. Il a ouvert le feu sur trois élèves et le proviseur, qui s'est interposé pour faire cesser la fusillade et dont "l'héroïsme" a été salué par les autorités.

Le geste de ce garçon était, selon les enquêteurs, motivé par les mauvaises relations qu'il entretenait avec d'autres élèves, tandis que tout lien "avec une entreprise terroriste"a été définitivement écarté.

►LIRE AUSSI | Qui est le principal suspect de la fusillade de Grasse ?

Fils d'un élu municipal de droite de Grasse, selon un proche du père, qui décrit des parents "très proches" de leurs enfants, l'adolescent était inconnu des services de police. Sur des comptes Facebook, Twitter et Youtube correspondant au nom du suspect, figurent de nombreuses photos et vidéos morbides, dont des images de la tuerie comme celle de Columbine aux Etats-Unis - une fusillade survenue dans un lycée du Colorado qui avait fait 15 morts dont ses deux auteurs en 1999.

La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem s'est rendu sur place dès jeudi après-midi, confirmant dès lors la thèse des enquêteurs :

L'acte fou d'un jeune homme fragile et fasciné par les armes à feu

►ÉCOUTER |"L'élève de première n'avait rien laissé paraître" : le reportage à Grasse de Marie-Christine Lauriol

Au total, la fusillade a fait 14 blessés légers, a précisé dans un nouveau bilan publié dans la soirée : 4 directement blessées par des plombs qu'il a tirés, dont le chef d'établissement, et 10 autres indirectement. Ces dernières ont été choquées, ou blessées dans des bousculades. Un évènement qui repose la question de la sécurité dans les établissements scolaires et principalement dans les Lycées :

►ÉCOUTER | "Depuis quelques mois la sécurité s'était relâchée" : le reportage au lycée Tocquevillle, de Julien Langlet

Les cours, interrompu jeudi après midi au lycée Tocqueville, grand lycée général et technologique accueillant plus de 900 élèves, reprendront lundi matin. L'établissement ouvre tout de même ce vendredi matin, mais uniquement pour un soutien médico-psychologique. Les agents de l'établissement peuvent s'y rendre à partir de huit heures. Les élèves, familles et proches sont attendus à partir de neuf heures.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.