attentats contre deux gendarmeries en corse
attentats contre deux gendarmeries en corse © reuters

Les casernes des groupements de gendarmerie d'Ajaccio et de Bastia ont été les cibles de deux attentats jeudi soir. Deux roquettes ont été tirées presque simultanément, notamment sur un bâtiment accueillant 62 familles de gendarmes.

Deux fortes détonations ont été entendues aux alentours de 20h près de la caserne Battesti à Ajaccio qui abrite le groupement de gendarmerie de Corse-du-Sud et de celle du quartier de Montesoro à Bastia, siège du groupement de gendarmerie de Haute-Corse.

D’après les premiers éléments, la gendarmerie de Montesoru, à Bastia, aurait été touchée par un tir de roquette peu avant 20 heures, tirée à partir d'un véhicule sur la façade de la caserne de Montesoro. Ce sont les derniers étages du bâtiment qui ont été touchés.

A Ajaccio, on a parlé d'une voiture piégée, puis d'une roquette qui aurait été tirée depuis un véhicule. Au final, il s'agissait bien d'une roquette, tirée contre un bâtiment hébergeant des familles. Le projectile a frappé une vitre blindée de la façade, qui a résisté au choc.

"Nous ne lâcherons rien": Manuel Valls réagit à ce double attentat

Deux attaques qui n'ont pas fait de victime mais qui ont été entendues et ressenties dans toutes les habitations alentours.

Les précisions du préfet de Corse, Christophe Mirmand : "Il n'est pas tolérable que de tels actes soient commis"

Les deux bâtiments sont pourtant particulièrement surveillés et équipés de moyens très perfectionnés de surveillance, notamment d'importants réseaux de caméras.

Les attentats, qui n'ont pas fait de victime, n'ont pas été revendiqués. Ils ont été commis une dizaine de jours après une vague d'arrestations de militants et sympathisants nationalistes corses dans le cadre d'enquêtes sur des attentats contre des résidences secondaires en 2012 revendiqués par le FLNC.Sur place, Alexandre Sanguinetti

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.